Metz (57) : Faut-il un test PCR pour transférer un migrant afghan vers l’Allemagne ?

A compter de ce 1 er août, le test PCR est de nouveau obligatoire pour se rendre en Allemagne par la route.

Un ressortissant afghan refuse plusieurs tests pour retarder sa reconduite vers l’Allemagne depuis le centre de rétention de Metz. Le parquet y voit un délit et poursuit, la défense affirme qu’il faut relaxer parce qu’il n’y a pas d’infraction et le tribunal condamne quand même un petit peu.

Zakiullah n’est pas le premier à refuser un test PCR pour éviter de quitter le centre de rétention de Metz. Il n’inaugure pas non plus les conséquences de ce que le parquet estime être un moyen d’éviter l’expulsion du territoire français, mais son cas est pourtant singulier.”

Le cas d’un « dubliné »

Contrairement aux classiques déçus du droit d’asile déboutés de tous leurs recours et renvoyés dans leur pays d’origine, ce jeune Afghan est un « dubliné ». Une appellation largement répandue et tirée du nom de l’accord de Dublin qui oblige un étranger à achever sa demande d’asile dans le pays qui lui a servi de porte d’entrée en Europe. Pour Zakiullah, c’est l’Allemagne vers laquelle il retarde son transfert en rejetant à cinq reprises l’introduction d’un coton-tige dans son nez entre le 5 juin et ces derniers jours de juillet.

Le parquet poursuit, requiert deux mois d’emprisonnement ferme à l’audience de comparution immédiate de ce 30 juillet, et un mandat de dépôt pour les exécuter de suite.

Test exigé en avion mais pas par la route

Non, non, conteste Me Ulysse Gobert. On demande une peine contre son client dont le cas se rapproche d’une infraction impossible. Pourquoi ? Parce que le test PCR est exigé pour embarquer dans un avion, or, il n’était pas prévu de faire prendre l’air au prévenu pour aller à… Sarrebruck. Zakiullah devait être remis aux autorités allemandes en restant sur le plancher des vaches et sans besoin du moindre test qu’un trajet routier n’exige pas. Enfin, qu’il n’exige plus depuis un accord passé entre la Moselle et la Sarre dès le 12 mai 2021, et la généralisation de la mesure à toute l’Allemagne à partir du 20 juin.

Selon Me Gobert, il faut donc relaxer son client du refus de se soumettre à une obligation inutile et qui n’existait déjà plus. La chambre correctionnelle n’aurait même pas eu besoin de statuer si les autorités françaises avaient simplement assis le prévenu dans une voiture sans besoin de lui demander son avis, ajoute le conseil.

Le tribunal se retire pour un délibéré que l’avocat trouve un peu long. « Ce n’est pas bon signe », pense-t-il. En fait, le tribunal a pris le temps de quelques recherches pour rendre une décision plutôt travaillée. Le prévenu est relaxé des quatre derniers de ses cinq refus, mais tombe pour le premier. Le tribunal prononce deux mois avec sursis et une interdiction du territoire français pendant deux ans.

L’Allemagne durcit à nouveau ses mesures

Cela implique-t-il que Zakiullah sera transféré rapidement ? Pas si sûr. Le président Ceribac a potassé la question et informe que le test PCR est de nouveau obligatoire pour se rendre en Allemagne par la route. Une annonce faite le 27 juillet avant une application dès ce 1er  août.

Républicain-Lorrain