Meyer Habib : « Les Israéliens pourraient capturer Kobili Traoré, le meurtrier de Sarah Halimi, ils feront ce qu’ils ont à faire mais on ne peut plus tuer des juifs impunément. »

Dans l’hypothèse où le meurtrier de Sarah Halimi serait condamné en Israël, « les Israéliens feront ce qu’ils ont à faire », avait déclaré Meyer Habib sur LCI. Il précise sa pensée.

« Il sera capturé, ou pas. Les Israéliens feront ce qu’ils ont à faire, mais on ne peut plus tuer des juifs impunément. » Ces mots du député Meyer Habib, évoquant le meurtrier de Sarah Halimi, ont surpris. Interrogé jeudi 22 avril sur LCI, l’élu a en effet suggéré qu’un État étranger pourrait « capturer » un ressortissant Français sur le territoire national. Des propos qu’il nuance fortement auprès de « l’Obs » :« Je n’ai aucune raison de penser qu’ils le fassent », précise-t-il.

« Manifestement, il n’y aura pas » de procès en France, constate Meyer Habib, puisque la Cour de cassation a confirmé l’impossibilité de traduire en justice le meurtrier présumé de Sarah Halimi, une sexagénaire juive tuée en 2017 à Paris, compte tenu de l’abolition du discernement de Kobili Traoré lors des faits.

Une plainte en Israël

Mais les démarches judiciaires vont désormais se poursuivre en Israël. La sœur de Sarah Halimi a en effet annoncé mercredi vouloir « saisir la justice israélienne ». La loi pénale d’Israël peut s’appliquer à des crimes antisémites commis à l’étranger et dénoncés par un citoyen israélien, ce qui est son cas.

« Il y a de grandes chances que cette démarche aboutisse », commente Meyer Habib (UDI), élu par les Français résidant en Israël, dans les Territoires palestiniens, en Italie, en Grèce, en Turquie et à Chypre.« J’en ai parlé il y a quelques jours à Benyamin Netanyahou. Israël est un État de droit. Il y aura une enquête. Mais il faudra du temps. »

L’important est qu’il y ait un procès, quel que soit le lieu, insiste-t-il :« Mon souhait le plus cher, c’est que le meurtrier de Sarah Halimi soit jugé en France. Mais un procès en Israël, c’est mieux que s’il n’y avait pas de procès du tout. Cela nous met face à nos responsabilités et nos contradictions. »

« Ils sont allés cueillir Eichmann »

Et si Kobili Traoré était condamné en Israël ? La France n’extradant pas ses ressortissants, une telle condamnation pourrait rester sans effet, d’autant plus que la cour d’appel de Paris l’a déclaré irresponsable pénalement et a ordonné son hospitalisation assortie de mesures de sûreté pour 20 ans.

« Je suis député Français, je ne parle pas au nom d’Israël. Je rappelle qu’ils sont allés cueillir Eichmann en Argentine pour le juger et pour le condamner même si on ne parle pas des mêmes crimes », déclare Meyer Habib à « l’Obs ».« Je n’ai aucune raison de penser qu’ils le fassent [capturer Kobili Traoré, NDLR]. S’il est condamné – et ce ne sera peut-être pas le cas il faudra qu’il purge sa peine. Pour cela, il existe des procédures d’extraditions entre les deux pays. La loi s’impose à tous. »

Nouvelobs