Migrants : Entre le Sénégal et les îles Canaries, une route de l’immigration dangereuse

Temps de lecture : < 1 minute

Les routes maritimes de migration vers l’Europe sont désormais multiples : la Manche, la Méditerranée mais également l’Atlantique. De jeunes migrants embarquent dans des pirogues au départ du Sénégal et tentent de rejoindre les îles Canaries.

Au large des côtes de Saint-Louis, au Sénégal, un père de famille de 30 ans, dont le témoignage a été recueilli par France Télévisions, a vu la mort de près. Il y a un mois, il a voulu tenter de rejoindre l’Europe. Comme lui, ils étaient 200 entassés sur une même pirogue. “Quand je regarde la mer, ça me rappelle des moments très, très douloureux. Aujourd’hui encore, je n’arrive pas à croire que tous ces gens sont morts”, confie-t-il. Le périple s’est arrêté en plein océan Atlantique, quand le moteur de la pirogue a pris feu. Au moins 140 personnes sont mortes ce matin-là.

Depuis trois mois, les départs se multiplient sur cette route de l’immigration extrêmement dangereuse, depuis les côtes du Sénégal vers les îles Canaries espagnoles. Les 1 500 kilomètres nécessitent sept jours de traversée. “C’est quand la pirogue s’est cassée que beaucoup de gens ont été engloutis par la mer. C’était la panique : tout le monde nageait dans tous les sens. […] Je me suis dit qu’on allait tous mourir”, se souvient le Sénégalais. En moyenne, selon certaines estimations, une pirogue sur trois n’arrive pas aux îles Canaries. 500 personnes au moins seraient mortes en tentant la traversée, ces deux derniers mois.