Moissac (82) : Amir K, électricien ostracisé du nucléaire, “On a fait des amalgames parce que je suis musulman. C’est discriminatoire!”

Après plus d’un an et demi de procédure devant le tribunal administratif (TA) de Toulouse, un Moissagais de 29 ans qui a perdu son emploi après avoir été signalé comme appartenant à la “mouvance salafiste” (musulman rigoriste), vient d’obtenir gain de cause, ce mardi.

Électricien spécialisé dans le domaine du nucléaire, Amir K. travaillait depuis mai 2018 pour le compte de la société CRIT. Une entreprise d’intérim qui intervient notamment sur les centrales nucléaires lors des arrêts de tranche. C’est à ce titre qu’après avoir travaillé au sein de la centrale nucléaire de Golfech, le Moissagais qui doit effectuer, en janvier 2019, une nouvelle mission, cette fois, à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (L’Aube), se voit soudainement refuser son renouvellement d’autorisation d’accès par le directeur du site.

Je n’ai pas compris“, confirme Ahmed décidant alors de s’attacher les conseils de Me Sefen Guez Guez. “Nous avons saisi d’un recours administratif le ministère de la transition écologique et solidaire“, se rappelle l’avocat Niçois qui s’est fait depuis quelques années un nom dans la défense des “musulmans” dans les questions notamment de discrimination.

La réponse ne tarde pas. Un mois plus tard, le 6 mars 2019, le ministre de la transition écologique rejette ce recours administratif indiquant que l’électricien moissagais “est inscrit dans le fichier de prévention des atteintes à la sécurité publique et qu’il est suivi par le service central du renseignement territorial, lequel a rédigé une note du 2 avril 2019 faisant état de ce que l’intéressé est connu pour sa fréquentation de la mouvance salafiste ainsi que pour sa proximité avec des individus pratiquant un islam radical.

Pas de quoi décontenancer cet avocat rompu à ce genre de procédure. […] Interrogé sur sa pratique, Ahmed se veut transparent. “Je suis musulman, je pratique normalement. Rien de plus”. […]

Le tribunal enjoint aussi l’opérateur de la centrale de Nogent a réintégrer Amir dans un délai de deux mois. “Cela confirme que ce dossier était vide. On a fait des amalgames parce que je suis musulman. C’est discriminatoire!“, s’insurge Ahmed qui n’a pu retravailler depuis ces faits et qui réclame aujourd’hui 22.000 € à l’État au titre de son préjudice économique et moral. […]

Actu.fr