Montpellier (34) : « Ce sont les Africains qui vivaient en Europe en premier »

Intervention du Pr. Aziz Salmone Fall (enseignant sénégalais au Canada) au Contre-sommet de Montpellier, le 8 octobre 2021, en opposition au Sommet Afrique-France organisé par Macron le même jour.

Huit opposant au Nouveau Sommet Afrique-France ont été arrêtés jeudi 7 octobre. Tous ressortissants étrangers se trouvant en situation irrégulière, ils ont été interpellés à leur descente d’un train en gare SNCF Sud de France à la Mogère par la Police aux frontières (PAF), et placés en garde à vue au commissariat central après avoir été identifiés comme étant opposés au Sommet. Aujourd’hui, des associations manifestent et demandent leur libération.

Une manifestation au départ de Plan Cabanes

Dénonçant cette arrestation qu’ils considèrent « d’arbitraire », le collectif Contre le Sommet Afrique-France « exige la libération immédiate des militants retenus par la police. Nous demandons à toutes les associations de manifester leur solidarité, nous appelons au boycott total du Sommet organisé par Emmanuel Macron et la mairie de Montpellier », déclarent-ils.

Pour information, sur les huit personnes interpellées « deux d’entre elles ont été retenues et placées au Centre de Rétention de Nîmes, six ont été relâchées dont cinq qui ont reçu une obligation de quitter le territoire français (OQTF), précise La Carmagnole. Au-delà du drame personnel, il s’agit d’un acte clair d’intimidation du pouvoir ainsi que d’une entrave au droit constitutionnel de manifester. Pourtant, le collectif de sans-papiers avait déposé à la Préfecture de Paris leur déplacement et la manifestation. Les services locaux de la préfecture ont confirmé cette information aux animateurs locaux du Contre-sommet. »