Montreuil (93) : Quand la haine de Fdesouche s’abat sur une exposition de bandes dessinées consacrées à l’égalité de genre

Une exposition découlant de la résidence d’auteurs orne les grilles du square du Patriarche, à Montreuil. Visible jusqu’au 31 août, elle présente le travail conjoint de l’illustrateur Étienne Lécroart et la journaliste Sylvie Fagnart. Une sélection de bandes dessinées qui correspond au prochain numéro de la revue Passages. Avec une sélection qui a fait vibrer la France de Souche.

« Pendant tout l’été, découvrez une sélection des bandes dessinées écrites et dessinées pour la revue sur le thème de l’égalité des genres. La revue Passages est disponible dans les bibliothèques », annonce le réseau des bibliothèques de Montreuil. Ainsi, le Square des patriarches (Rue Pierre de Montreuil, 93100 Montreuil), sert de bon gré à une nouvelle exposition. Celle-ci a manifestement choqué le site FdeSouche.com — agrégat communautaire de publications, plus ou moins porté sur la discrimination et la pensée réactionnaire sous toutes ses formes.

Fdesouche qui reprend à ce titre l’expression historiquement employée par l’extrême droite, dès le début du XIXe siècle : Français de souche. La souche rimant alors avec légitimité et bon aloi, puisqu’elle s’inscrit dans un digne pedigree de valeurs et de traditions, bien que douteuses.

Et ce, par opposition à tout ce qui est réformateur, innovant, social ou simplement un peu trop porté vers l’humanisme et la tolérance. En somme, Fdesouche véhicule le délicieux Nous contre Eux, racolant autant que possible. Rappelons toutefois que la souche, en botanique, désigne ce qui reste d’un arbre, après qu’il a été abattu. Et qui ne repoussera donc pas, quelle que soit la profondeur des racines.

La souche bien sèche

Voici donc comment un “article” publié sur le blog a décidé de s’en prendre à l’exposition et ce qu’elle peut apporter de pédagogie autour des notions de sexe et de genre. Une distinction qui choque évidemment la bien-pensance traditionaliste, heurtée dans sa quête de lignées pures et de pureté originelles – option Un papa, une maman, comme il se doit.

Heureuses d’être ainsi épinglées par ce site, les bibliothèques de Montreuil ont prouvé que l’intelligence l’emporte bien souvent sur la haine : « Nous espérons qu’elle se remettra de la vive émotion d’être exposée à quelques planches d’inspiration féministe dans l’espace public. Si elle parvient à se remettre de ce choc, nous avons à sa disposition un large fonds documentaire qui pourra lui permettre de poursuivre sa découverte des problématiques liées à l’égalité des sexes et aux problématiques de genre », note le réseau dans un post.

Et de remercier l’œil attentif de l’auteur du billet, qui a noté une coquille malencontreuse — laquelle sera prochainement et rapidement corrigée. En effet, les chromosomes XX et XY ne sont pas attribués correctement.

Mais les bibliothèques s’intéressent nettement moins au contenu — quelques photos commentées par des bulles dans la plus pure lignée d’un post instagram — qu’aux réactions qu’il suscite. La publication de Jeanne, qui signe ainsi cette diatribe, a tout droit d’être « en désaccord avec certains segments de notre exposition ».

Il y a en revanche bien mieux, « c’est la lecture de la ribambelle de commentaires haineux suivant l’article. On voit bien que pour la revue les publications ne sont pas des articles de fond, mais plutôt de simples supports pour permettre à leurs lecteurs de transgresser impunément la loi, dans les limbes des commentaires en bas de page si malaisés à modérer ».

Et l’équipe des bibliothèques de Montreuil de conclure : « C’est l’occasion de rappeler que l’incitation à la haine, à la violence ou à la discrimination est une infraction punie par la loi. »

Actualitté