Morlaix (29) : Aly Niakaté, apprenti électricien, est menacé d’expulsion, « Je suis tombé de haut » (Màj: Faible mobilisation pour le migrant malien)

30/07/2021

Installé à Landivisiau depuis décembre 2016, puis à Morlaix, Aly Niakaté, 21 ans, se trouve sous le coup d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) depuis la décision du tribunal de Rennes, le 17 juin dernier. À l’appel des membres de Morlaix Libertés et d’Utopistes en action, une trentaine de personnes s’est rassemblée au pied du kiosque de la place des Otages, ce vendredi 30 juillet.

L’idée de ce rassemblement ? Participer à quelques activités ludiques, afin de soutenir le jeune Malien dans son combat pour l’obtention d’un titre de séjour, sésame indispensable à la poursuite de ses études.

__________

24/07/2021

En France depuis 2016, Aly Niakaté, Malien de 21 ans au parcours scolaire exemplaire, se trouve sous le coup d’une Obligation de quitter le territoire français. 50 personnes se sont rassemblées devant la mairie de Morlaix, vendredi 23 juillet 2021, pour le soutenir dans son combat.

Aly Niakaté, Malien de 21 ans, habite et étudie dans le Finistère depuis décembre 2016. Il est menacé d’une OQTF depuis le 18 décembre 2020, mais fait tout pour faire annuler celle-ci et obtenir un ti
Aly Niakaté, Malien de 21 ans, habite et étudie dans le Finistère depuis décembre 2016. Il est menacé d’une OQTF depuis le 18 décembre 2020, mais fait tout pour faire annuler celle-ci et obtenir un titre de séjour.

C’est l’histoire d’un adolescent malien de 15 ans qui prend son courage à deux mains en 2016. Ses parents ne peuvent plus subvenir à ses besoins, alors il décide de rejoindre la France pour étudier. En septembre 2016, il arrive à Paris, où il est pris en charge par la Croix-Rouge de Pontoise.

Le Finistère comme terre d’accueil

Placé dans un foyer de jeunes mineurs isolés en région parisienne, impossible d’être scolarisé. En décembre 2016, Aly Niakaté atterrit à Landivisiau, où une famille d’accueil l’attend. Là-bas, il parvient à intégrer le collège Kerzourat, en mars 2017. « Je suis arrivé en fin d’année scolaire, donc j’ai dû redoubler cette année-là. Mais je me suis tout de suite senti bien, je me suis très bien intégré et fait de très bons amis », confie le jeune homme de 21 ans.

À coups de récépissés de demande de titre de séjour prolongés tous les trois mois, le jeune malien poursuit sa vie en Bretagne. En plus de ses études, il pratique le football, au Landi FC puis à l’Étoile Sportive Lampaulaise. « C’est un très bon souvenir, mais j’ai dû arrêter le foot pour me concentrer sur mes études. Je suis toujours resté droit et me suis investi à fond, pour réussir et faire en sorte de m’intégrer au mieux », explique-t-il.

Trouver une solution avant juin 2022

C’est en 2018, alors âgé de 18 ans, qu’il fait sa toute première demande de titre de séjour. « Je n’ai jamais reçu de réponse. Mais le 18 décembre 2020, alors que j’avais refait une demande de carte de séjour, je reçois une Obligation de quitter le territoire français (OQTF). Et là, je suis tombé de haut », se souvient Aly Niakaté. Depuis, ses professeurs, ses camarades et même des entreprises dans lesquelles il a fait des stages ont rédigé des lettres pour attester de sa bonne intégration.

Malgré celles-ci, le tribunal de Rennes a rejeté le recours du jeune malien, le 17 juin dernier. Il a donc fait appel de cette décision, et doit trouver une solution d’ici le 17 juin 2022, date à laquelle il sera obligé de quitter la France, si la situation n’évolue pas. « Je reste confiant, je suis toujours très optimiste. L’OQTF a bloqué beaucoup de mes projets, mais je continue d’y croire. »

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées devant la mairie de Morlaix, vendredi 23 juillet, vers 18 h 30, pour soutenir Aly Niakaté.

Son BTS en alternance en suspens

Car après avoir obtenu son bac pro métiers de l’électricité, au lycée Tristan-Corbière de Morlaix, avec mention Bien, Aly Niakaté se dirigeait vers un BTS électrotechnique en alternance, à la rentrée prochaine. Il avait trouvé une entreprise prête à l’accueillir. Mais, sans papiers, impossible d’entamer les procédures d’inscription à l’école.

Avec une OQTF et sans titre de séjour, il devra également trouver un nouveau logement, à partir du 30 septembre prochain, puisqu’il est désormais âgé de 21 ans. Il se retrouve dans une impasse. Mais il peut compter sur son comité de soutien, qui s’est retrouvé devant la mairie, vendredi 23 juillet, pour soutenir le jeune homme. Environ une cinquantaine de ses amis, camarades, professeurs et membres des associations locales Utopistes en action et Morlaix Libertés étaient présentes.

Le Télégramme