Mort d’Axelle Dorier : Deux enquêtes ouvertes à la suite d’incidents ayant émaillé l’annonce du verdict (MAJ : Théo Dorier porte plainte pour diffamation)

Théo Dorier a décidé de riposter après les affirmations ou allégations de certains articles de presse. Des enquêtes sont en cours après les incidents qui ont éclaté lors du verdict.

La fin du procès de l’affaire Axelle Dorier, une jeune femme de 22 ans morte après avoir été traînée sur 800 mètres en juillet 2020 à Lyon, a été particulièrement mouvementée. Après le verdict annoncé par la cour d’assises du Rhône – Youcef Tebbal, le conducteur du véhicule, a été condamné à 12 ans de prison et Mohamed Yelloule, le passager, à 5 ans de prison dont deux ferme -, les esprits se sont échauffés.

Juste après l’annonce des peines, une femme de l’entourage de Mohamed Yelloule a éclaté en sanglots tout en criant dans la salle d’audience. Elle a fini par s’effondrer entre deux bancs, visiblement victime d’un malaise, tout en continuant à crier, à deux pas des proches d’Axelle Dorier, abattus et silencieux. La scène, dans une ambiance confuse, a duré au moins deux minutes. Certains témoins y ont vu une provocation envers la famille de la victime.

La suite pour les abonnés au Figaro

———–

Si l’un des frères de la victime a cassé une vitre avec son poing avant de lever le bras dans un geste interprété comme un salut nazi, des proches des accusés ont violemment molesté des policiers présents dans la salle des pas perdus

  • L’annonce, vendredi soir, du verdict dans le procès concernant la mort d’Axelle Dorier a généré de très vives tensions à Lyon.
  • Ne supportant pas d’entendre hurler l’une des proches des accusés, un frère d’Axelle l’a insultée avant de briser une vitre et de lever le bras en sa direction, geste perçu par deux témoins comme un salut nazi.
  • Des copains des accusés ont également violemment molesté les policiers qui les empêchaient d’accéder à la salle d’audience.
  • Le parquet a ouvert deux enquêtes distinctes pour faire la lumière sur ces débordements.

A la suite des incidents survenus vendredi soir, après l’annonce du verdict concernant la mort d’Axelle Dorier, le parquet de Lyon a annoncé avoir ouvert deux enquêtes afin de faire la lumière sur divers débordements, constatés dans les rangs des parties civiles mais aussi parmi les proches des deux accusés.

Pour rappel, Youcef Tebbal, le conducteur de la voiture ayant percuté puis traîné sur 807 mètres la victime, a écopé de 12 ans de prison. Soit trois ans de moins que la peine réclamée par l’avocat général. Son passager et cousin Mohamed Yelloule a été condamné à deux ans de prison ferme sans mandat de dépôt.

L’un des frères d’Axelle brise une vitre

A l’annonce de ces peines, une femme se tenant du côté des familles des accusés a hurlé puis fait un malaise avant d’être évacuée de la salle. Ce que n’a pas supporté l’un des deux frères jumeaux d’Axelle qui s’est dirigé vers une sortie de la salle d’audience. Sur le pas de la porte, il s’est retourné avant d’insulter l’intéressée, en levant le bras, a constaté un journaliste de l’AFP. Un geste qui a été interprété par deux témoins comme un salut nazi.

« Il a été entendu (samedi), a cassé une vitre et fait un geste pour lequel les investigations se poursuivent pour en déterminer la nature exacte », précise le parquet, confirmant une information du Progrès. Une enquête a été ouverte pour « provocation publique à la haine ou à la violence » et pour « dégradations volontaires ».

« Je lui ai demandé s’il avait fait cela. Il m’a répondu : “Jamais ! » et qu’il a eu ce geste pour dire “Foutez-moi le camp” », a réagi son avocat Gabriel Versini-Bullara, qui n’a pas vu la scène.

Des policiers molestés par des proches des accusés

Par ailleurs, des affrontements ont eu lieu dans la salle des pas perdus, impliquant cette fois des proches des deux accusés qui ont porté des coups sur des policiers, postés à l’entrée de la salle d’audience et qui avaient pour mission de ne laisser entrer personne. Furieux de ne pas accéder au prétoire, plusieurs individus ont violemment molesté les fonctionnaires. L’un d’eux a eu quatre dents cassées, rapporte Le Progrès.

Deux hommes ont été arrêtés samedi matin, l’un d’eux a été déféré devant le parquet en vue d’une comparution immédiate. Il serait déjà connu des services de police.

Enfin, le groupe identitaire Les Remparts, qui s’est plusieurs fois emparé de la mort d’Axelle Dorier, a déployé une banderole à l’extérieur du palais de justice pour dénoncer le verdict. Sur une photo diffusée sur leur compte Twitter, on pouvait lire « Youcef, Mohamed, assassins de mon peuple ».

20 Minutes