Mulhouse (68) : Dix histoires d’accueil de migrants

À l’occasion du 20e anniversaire de la Journée mondiale des réfugiés qui aura lieu le 20 juin, l’association Appuis publie l’ouvrage « Tandems, destins croisés » qui raconte la rencontre entre des personnes exilées et celles qui les ont accueillies. La sortie du livre s’accompagne d’une exposition itinérante.

« En 2018, nous avions organisé un événement pour la Journée des réfugiés au Palais Gluck et on s’est rendu compte qu’on touchait des personnes déjà sensibilisées à la question des réfugiés. On a cherché une autre idée pour élargir le public, partager ce qu’on vit quotidiennement dans nos boulots : notre métier est d’une grande richesse ! », explique Cécile Cammarata, travailleuse sociale au service Inclusion des réfugiés à Appuis.

Demba Dembélé et Régis Weber, patron de l’Estérel à Mulhouse.

Avec sa collègue Fouzia Zagha, elles ont pensé à des portraits croisés de personnes réfugiées et personnes accueillantes, parce qu’elles savent que ce sont souvent des belles rencontres. L’idée du livre Tandems , tout juste publié, était née.

Pour donner forme au projet, Appuis a pensé au trio d’auteurs mulhousiens Pierre Freyburger, Éric Chabauty et Luc Georges, qui ont publié ensemble trois ouvrages consacrés aux migrations en Europe ( Sept jours à Calais, La dérive des continents, L’impasse, ​chez médiapop éditions ).

Préfacé par le boulanger de Besançon

L’association a lancé un appel dans ses réseaux pour le recrutement de binômes prêts à confier publiquement leur histoire. L’ouvrage est préfacé par Stéphane Ravacley , boulanger de Besançon devenu célèbre pour son combat en faveur de Laye Fodé Traoré, son apprenti guinéen, menacé d’une OQTF (obligation de quitter le territoire). Comme beaucoup de mineurs isolés étrangers, il avait fait un parcours sans faute pour son intégration en France, on le remerciait en l’expulsant à sa majorité. « Laye ne vole la place de personne ! Il y a 9000 places vacantes d’apprentissage en boulangerie ! », s’exclame Stéphane Ravacley. Le boulanger a fait onze jours de grève de la faim, la préfecture de Haute-Saône a fini par céder.

Issiaka Ilboulo et Nicolas Kwast, patron d’une entreprise de peinture à Sierentz

Des Laye, il y en a beaucoup en Alsace et plusieurs dans  Tandems. Le parcours exceptionnel de Demba en est une belle illustration. Originaire de la région de Kaï au Mali, orphelin, il a pris la route de l’exil en 2016. Après avoir risqué sa peau en Algérie et en Libye, rejoint l’Italie sur une embarcation de fortune, il arrive en France en 2017. En 2019, il entame un apprentissage chez Régis Weber, à l’Estérel à Mulhouse, se passionne pour la cuisine, en particulier la pâtisserie et décroche son CAP. Il a tout appris en France et trouvé la force de continuer, grâce à son opiniâtreté et toutes les personnes qui l’ont accompagné.

Ghofran Abbas et Sladjana Djordjevic, responsable pédagogique du FLE (français langue étrangère) à l’Université de Haute Alsace

« Pour le dire à tout le monde »

Chacune des dix rencontres entre réfugié(e) et accueillant(e) est restituée en deux pages de texte et un beau portrait photographique en noir et blanc de Luc Georges. Chaque histoire parle d’épreuve, de courage, de détermination, de résilience. De la confiance qui se construit jour après jour, du retour à la vie. Martin et Véronique, Julian et Franck, Les Hadj Suliman et André, Rachida et Edwina, Demba et Régis, Kudret et Joseph, Omar et Marie-Pierre, Ghofran et Sladjana, Adib et Jean-Luc, Issiaka et Nicolas, montrent de façon concrète l’intégration, malgré tous les obstacles.

« Je suis très admirative de ces personnes qui ont tout perdu, se retrouvent tout au bas de l’échelle. Ce livre, c’est pour le dire à tout le monde ! Ce sont des histoires vraies !, s’exclame Cécile Cammarata. Ils sont là pour être en sécurité et ils ont tous envie de rendre à la France cette protection qu’ils ont eue en arrivant. »

Du livre est née une exposition photographique qui sera visible à Mulhouse au centre socioculturel Brustlein-Lavoisier (du 17 au 25 juin), puis la gare centrale (28 juin au 31 juillet) et, à la rentrée, à l’école Praxis (novembre) et à l’UHA (décembre).

L’Alsace