Musique : Pour en finir avec les cols trop blancs

Temps de lecture : 2 minutes

En France, artistes et salariés racisés s’organisent pour prendre la place qui leur revient dans une industrie qui les écarte du pouvoir.

Ce n’est pas un plafond de verre qui règne sur l’industrie de la musique, c’est une calotte glaciaire. Épaisse, solide et surtout très ancienne. On l’a raconté dans cette série, le business du disque s’est construit, dès ses premiers pas au début du XXe siècle, comme un système d’exploitation des artistes et des « musiques noires » tout en ne confiant, à de très rares exceptions près, les postes à responsabilité qu’à des hommes blancs. 

« On parle d’une domination masculine de plus de cinquante ans, de mâles blancs qui dirigent tout alors qu’ils ne sont pas le reflet de la société, se désole ainsi Suzanne Combo, artiste et déléguée générale de la Guilde des artistes de la musique (GAM), principal syndicat des musiciens et musiciennes. Le sujet est le même dans la musique comme dans toute la société. » […]

Mais le streaming est passé par là ces dernières années, qui a donné à toute une nouvelle génération d’artistes, et avant tout à la sphère rap (lire l’épisode 3, « Rap : les majors premières sur le racisme »), plus d’autonomie et plus de puissance face aux maisons de disques. Tout d’un coup, l’offensive est devenue possible et c’est cette situation pas du tout anodine qui a rencontré le mouvement étatsunien Black Lives Matter et ses déclinaisons dans le monde de la musique, The Show Must Be Paused et la Black Music Action Coalition, rassemblées pour briser enfin les vieux blocages de l’industrie.

En France, si le constat sur le racisme et les comportements de domination sont les mêmes qu’outre-Atlantique dans le petit monde de la musique, les artistes ou salariés noirs et racisés commencent à peine à s’organiser. Pour cela, il faut d’abord « arrêter de s’excuser d’être là », pense Stéphane Ndjigui, directeur artistique au sein du gros label indépendant Because Music et l’un des rares Noirs aux manettes dans l’industrie française. 

« En interne, la musique comme le cinéma, ça reste des métiers élitistes, de gens qui sortent d’école de commerce et qui se soutiennent entre eux. Moi, venant de Garges-lès-Gonesse, j’ai atterri là par hasard et je m’aperçois souvent que les gamins dans les quartiers rêvent d’être chanteur ou footballeur, jamais de travailler dans le business de la musique. » […]

Les Jours

5 Commentaires

  1. Fiers gronez, allez-y et cessez donc d’utiliser tout ce qui a été inventé par les blancs dans le monde musical et des systèmes de diffusion.
    Retour des bouts de bois et du tronc d’arbre.

  2. Quelqu’un peut me citer un grand compositeur racisé?
    Mais ne me parlez pas de Joseph Boulogne chevalier de Saint Georges, pur produit de la civilisation occidentale.
    J’en veux un vrai de chez vrais!

  3. Pour en finir avec la sale musique de nègres, rap, hip hop, rnb, toute cette chiasse qu’on nous impose absolument partout, sur les ondes, à la télé, dans les bars, les boutiques de fringues, de sport, de pompes, partout.

Les commentaires sont fermés.