Nancy (54) : Le vandopérien Ismail Berrabah se noie dans la Meurthe après une course-poursuite avec la police, l’homme était évadé de prison et recherché

Dans le courant de cette nuit de dimanche à lundi, un homme a perdu la vie à Nancy en se noyant dans la Meurthe, à hauteur de l’ancienne guinguette du Port-aux-Planches, située au bout de la rue éponyme et au bord du cours d’eau. Un décès survenu à l’issue d’une course-poursuite avec la police. L’homme, âgé de 30 ans et résidant habituellement dans l’agglomération nancéienne, était recherché en tant qu’évadé.

Dans le courant de cette nuit de dimanche à lundi, un homme a perdu la vie à Nancy en se noyant dans la Meurthe, à hauteur de l’ancienne guinguette du Port-aux-Planches , située au bout de la rue éponyme et au bord du cours d’eau. Un décès survenu à l’issue d’une course-poursuite avec la police.

L’homme, âgé de 30 ans et résidant habituellement dans l’agglomération nancéienne, était recherché en tant qu’évadé : selon le Procureur de la République de Nancy, ce détenu n’avait pas réintégré, comme il aurait dû le faire le 11 juillet dernier, le centre de détention de Saint-Mihiel (55), d’où il était sorti pour une permission. Il faisait donc l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par un juge d’instruction du tribunal judiciaire de Bar-le-Duc. Ayant comparu plusieurs fois devant le tribunal correctionnel de Nancy, il était en train d’exécuter 8 peines d’emprisonnement pour des violences aggravées et des délits routiers. Il avait déjà été condamné, en 2014, pour trafic de stupéfiants.

Il a coulé au fond de la rivière

Ce dimanche vers 23 h, les policiers de la BAC (Brigade Anti-Criminalité) de Nancy, alors en surveillance à Saint-Max, non loin des lieux du drame, repéraient l’homme recherché : ce dernier descendait d’une voiture conduite par un autre individu, allait échanger un sac avec le conducteur d’une seconde voiture, stationnée dans ce secteur, puis remontait dans son véhicule en tant que passager.

Les policiers décidaient ensuite de procéder à un contrôle d’identité, à la faveur d’un arrêt à un feu rouge : l’évadé sortait alors de la voiture, donnant d’abord aux forces de l’ordre une fausse identité, avant de prendre la fuite en courant, en direction de la Meurthe. Après l’avoir un temps perdu de vue, les policiers apercevaient finalement l’homme au milieu de la Meurthe, et constataient qu’il avait des difficultés à nager. Alors que l’un des policiers s’apprêtait à se mettre à l’eau pour tenter de lui porter secours, le fuyard coulait au fond de la rivière.

Les pompiers plongeurs de Nancy-Gentilly, alertés à 23 h 34 avec leurs collègues de la caserne de Tomblaine, ont retrouvé le corps du Nancéien à plus de 3 m de fond. Malgré les tentatives de réanimation dans l’ambulance des pompiers, il n’a pu être ramené à la vie. Son décès a été déclaré peu après 1 h du matin.

La Direction Territoriale de la Police Judiciaire de Nancy a été saisie de l’enquête pour recherche des causes de la mort, une autopsie étant prévue. Le magistrat du parquet de permanence s’est, par ailleurs, déplacé sur les lieux, dans le cadre de la reconstitution des faits .

Actu.fr