Nantes (44) : «J’ai peur pour moi et mes petits-enfants», un millier de manifestants contre l’insécurité

Le rassemblement a eu lieu dans le centre-ville, après une semaine marquée par plusieurs faits divers. La maire de la ville, Johanna Rolland, demande 80 policiers supplémentaires à l’Intérieur.

« Nantes, l’insécurité, on n’en veut pas », « Des trottoirs pour marcher, pas pour se faire agresser », ou « Johanna bouge-toi », à l’adresse de la maire Johanna Rolland (PS). C’est en scandant ces slogans qu’un millier de Nantais ont défilé dans des rues du centre-ville trempées par la bruine ce samedi après-midi. Ils répondaient à l’appel du collectif Sécurité nocturne Nantes (S2N), créé en 2019 par le gérant d’un bar et un agent de sécurité.

On défend juste le droit de travailler et d’habiter dans cette ville tranquillement, avec une police municipale 24h sur 24, plus de caméras et plus d’éclairages publics », résume Guillaume Toutin, un des organisateurs. La foule est plus modeste qu’attendu mais présente des profils variés : jeunes, retraités, familles. Des élus de l’opposition municipale (LR et En Marche) et des militants du syndicat de la droite étudiante Uni se sont également mobilisés.

Le Figaro