Nations Unies : Un rapport révèle les effets négatifs du racisme sur le droit au développement

Un groupe d’experts des Nations Unies (ONU) a présenté vendredi un rapport thématique exposant les effets négatifs du racisme et de la discrimination raciale sur le droit au développement, exhortant la communauté internationale à prévenir le racisme sous toutes ses formes et à combattre les inégalités.

Mihir Kanade, président du Mécanisme d’experts des Nations Unies sur le droit au développement, a présenté ce rapport à la 51e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Il a indiqué que les experts espéraient que ce rapport aiderait à lutter contre la discrimination raciale et les obstacles qu’elle pose au développement social et économique dans le monde.

M. Kanade a expliqué que le racisme et la discrimination raciale figuraient parmi les plus grands obstacles à la réalisation du droit au développement, et que le droit au développement et la question du racisme étaient deux des domaines les plus négligés de la défense des droits de l’homme.

Les inégalités fondées sur la race n’ont pas reçu la même attention que d’autres formes d’inégalités énoncées dans les objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations Unies, a-t-il dit en citant le rapport.

Selon des études présentées dans le rapport, au Royaume-Uni, les femmes et les hommes d’ascendance africaine étaient, respectivement, 4,3 et 4,2 fois plus susceptibles de mourir de la COVID-19 que leurs homologues blancs.

Les données des Etats-Unis révèlent que le taux de mortalité lié à la COVID-19 chez les Afro-Américains est plus du double de celui des autres groupes raciaux du pays, selon le rapport.

Les personnes d’ascendance africaine aux Etats-Unis ont une espérance de vie nettement inférieure à celle de la population blanche. En Australie et au Canada, les peuples autochtones ont également une espérance de vie nettement plus courte que les autres groupes ethniques.

De même, le rapport a montré que les populations roms à travers l’Europe avaient une espérance de vie moyenne de 5 à 20 ans plus courte et faisaient face à des taux de mortalité infantile 2 à 3 fois plus élevés que la population générale.

Le rapport de vendredi a également indiqué qu’aux Etats-Unis, les Noirs étaient près de trois fois plus susceptibles d’être tués par un policier que les Blancs, même s’ils sont 1,3 fois plus susceptibles d’être non armés.

“Alors que les sociétés deviennent de plus en plus multiethniques, multireligieuses et multiculturelles, des investissements plus importants dans l’inclusivité et la cohésion sont nécessaires pour exploiter les avantages de la diversité pour toute l’humanité plutôt que de la percevoir comme une menace”, souligne le rapport.

“La communauté internationale est appelée à réaffirmer son attachement aux droits de l’homme universels et aux valeurs partagées qui consacrent l’égalité et la dignité de tous dans et au-delà du cadre du droit au développement”, a-t-il ajouté.

OHCR