Néo-féminisme, le HuffPost italien salue la fin des prises mâles ou femelles

Il y a toutes sortes de sexismes, mais l’un d’entre eux est particulièrement odieux, le sexisme audio. En effet on y parle de « Jack » ; il en existe de trois tailles, 2.5 mm le plus petit, 3.5 mm le plus courant et 6.5 mm pour la sonorisation professionnelle ; il y a des Jack mâles (ils s’enfoncent dans le Jack femelle) et des Jacks femelles (qui reçoivent le Jack mâle), mais la censure veille.

Amérique nous voilà

C’est le HuffPost italien du 10 juillet 2021, sous la signature d’Adalgisa Marrocco, qui nous informe. La PAMA, Professional Audio Manufacturers (association américaine de producteurs d’appareils audio) va réviser sa sémantique pour l’épurer de termes triviaux ou choquants. Comme le déclare Karam Kaul, président de l’association et membre de son comité pour l’inclusion (merci de ne voir dans le terme « inclusion » aucune allusion sexuelle), « notre intention est que les membres de la PAMA recommandent l’adoption et la mise en place d’une terminologie inclusive et cohérente pour tout le secteur ».

Un peu de pratique

Par exemple les termes « prise mâle ou femelle » disparaîtront et seront remplacés par « fiche ou prise », le module « maître esclave » se verrait substituer « primaire secondaire ». Encore pourrait-on observer pour le deuxième duo que cette appellation pourrait induire un premier et un second, soit une sorte de hiérarchie insupportable. L’initiative a été soutenue avec enthousiasme par Karrie Keyes, la directrice de SoundGirls qui semble une association féministe du secteur audio, saluant la naissance d’un langage enfin « neutre ».

Un peu comme les Précieuses ridicules, qui ne parlaient pas de « fauteuils » mais de « commodités de la conversation », ni de « miroir » mais de « conseiller des Grâces ». Ou comme au temps de la reine Victoria où on ne devait jamais faire allusion au sexe même si on devait le pratiquer tout autant qu’avant ou après.

On pourrait aller plus loin et supprimer carrément le masculin et le féminin en faveur du neutre. Plus de il ou elle mais ille qui semble recommandé en l’adaptant dans certains pays, plus de garçon ou de fille mais gaille ou bien lleçon, pas une table ou un écrou mais u table et u écrou, la mort du langage par régression volontaire et in fine la mort tout court. Amen.

Observatoire du journalisme