Nexon (87) : Abdelkader assassine à coups de couteau Pierrick et Cécilia et tente de brûler vifs trois enfants

Une femme et son voisin ont été tués, dans la nuit du 15 au 16 juin, à Nexon, en Haute-Vienne. Le ou les auteurs ont mis le feu à la maison dans laquelle étaient enfermés trois enfants. Ces derniers ont pu être sauvés. Deux personnes ont été interpellées, dont l’ex-compagnon de la victime. Les autopsies et les auditions devraient permettre d’en savoir plus, jeudi 17 juin sur le déroulé de ce drame. 

Deux morts, trois enfants orphelins de leur mère et qui ont échappé de peu à la mort, un présumé meurtrier en fuite. « D’habitude, on voit ça dans les séries ou à la télé ». Plusieurs personnes ont prononcé cette phrase hier à Nexon, où régnait la stupéfaction après le drame qui s’est déroulé dans la nuit.

Et une fois de plus, une femme a succombé à la violence de son compagnon, qui s’en est aussi pris au voisin de celle-ci et aux enfants de sa compagne.

Il est « triste et malheureux ». Depuis qu’il a appris le meurtre de son ancienne compagne et mère de sa fille aînée, Mickaël espère que « justice sera faite ». Cécilia Peroux, mère de 33 ans, a été sauvagement tuée dans la nuit du 15 au 16 juin à son domicile de Nexon, petite ville de Haute-Vienne. Abdelkader B., son compagnon du moment, avec qui les relations étaient très tendues, a été interpellé et devrait être mis en examen pour ce crime, avec un présumé complice. Il est soupçonné d’avoir tué Cécilia et un voisin qui se trouvait là, puis d’avoir mis le feu à la maison, alors que les trois enfants de la victime étaient toujours présents. Ils ont été sauvés de justesse par les pompiers.

Pendant huit ans, de 2000 à 2008, Mickaël a partagé la vie de Cécilia Peroux. Malgré leur rupture, ils demeuraient en très bons termes et se voyaient souvent. « C’était une personne gentille, très sincère et à l’écoute des autres. Quand on avait besoin d’elle, elle était là. Cécilia adorait ses enfants, elle en était très proche. Elle aimait les sortir au restaurant », se souvient-il avec émotion. Mickaël esquisse le portrait d’une amatrice de musique, de zouk surtout, et de soirées barbecue, en famille ou entre amis.

L’incendie

Il est 2 h 09 lorsque les pompiers sont appelés pour un feu de maison. L’incendie a pris dans une de ces maisons modestes, le long de l’avenue du général de Gaulle, à quelques centaines de mètres du bourg de Nexon, en Haute-Vienne. Les pompiers découvrent trois enfants qui crient à l’une des trois fenêtres du premier étage. Les flammes ont déjà noirci une partie de la façade.

Les pompiers mettent les trois enfants en sécurité, maîtrisent le sinistre et découvrent, au rez-de-chaussée, les corps de deux adultes. Il s’agit de Cecilia Peroux, qui aurait eu 34 ans en août prochain, et de son voisin Pierrick Berthier, âgé d’une vingtaine d’années. Les pompiers prennent en charge les enfants, deux filles de 8 et 13 ans et un garçon de 5 ans, et les conduisent à l’hôpital de la mère et de l’enfant à Limoges.

La traque

Les gendarmes se mettent en chasse du compagnon, ou ex-compagnon, de Cecilia Peroux, Abdel B., 25 ans. Il est soupçonné d’avoir tué les deux adultes suite à une dispute, puis d’avoir enfermé les enfants dans une chambre à l’étage de la maison, d’avoir démonté la poignée pour qu’ils ne puissent pas sortir, et d’avoir mis le feu au rez-de-chaussée. Cet enchaînement de faits reste encore à préciser, tout comme le pourquoi de la présence du voisin de Cecilia Peroux chez elle.

Les gendarmes déploient de grands moyens pour retrouver le fuyard. Appuyée par leur hélicoptère, une soixantaine d’entre eux est mobilisée, sous les ordres du colonel Loriette, pendant que la cellule d’investigation criminelle commence ses constatations.

Les gendarmes se déploient du côté de La Meyze, un bourg voisin. Avec un possible meurtrier en fuite, personne n’est rassuré dans le secteur : les enfants de la garderie municipale sont mis en sécurité dans les locaux. Et c’est finalement dans ce secteur que le fuyard est interpellé, en milieu de matinée. Il a aussitôt été placé en garde à vue. Il est soupçonné de meurtre aggravé sur sa conjointe, meurtre sur la personne de Pierrick Berthier, et tentative de meurtre sur les trois enfants.

Une relation violente

Selon les premières informations, Abdel B. était en couple depuis dix mois avec Cecilia Peroux, mais les choses étaient très tendues entre eux. « Il y avait eu une grosse dispute le week-end dernier, raconte Jessica, la sœur de la victime. J’avais fait une visio avec ma sœur dimanche, et elle m’avait montré des hématomes à ses bras. Je lui avais conseillé d’aller déposer plainte, mais elle n’avait pas voulu. J’ai vu aussi des échanges violents sur Facebook, ce matin, mais c’était déjà trop tard. »

Cecilia Peroux, selon l’aveu même de ses proches, menait une vie « compliquée » depuis plusieurs années, sur fond de consommation d’alcool. « J’avais peur que ma sœur finisse un jour dans un encart du journal », raconte sa sœur.

Sa précédente relation avec un homme avait également été empreinte de violence, « et elle s’était enfin séparée du père de son dernier enfant » reprend Jessica. Le père de la victime confirme « qu’on s’attendait un jour à ce qu’il se passe quelque chose, avec l’un ou avec l’autre » compagnon. Jessica incitait sa sœur à quitter Nexon pour s’éloigner d’un environnement trop délétère, et des démarches étaient en cours auprès d’un office HLM pour un logement dans une autre commune.

Un complice ?

Abdel B. avait trouvé, voilà une semaine, un emploi de cuisinier dans un restaurant du secteur de Nexon. « Je ne le connais pas plus que cela, explique son employeur, je l’ai embauché par le biais de Pôle emploi pour faire face à la réouverture et avoir un peu plus de temps avec ma famille ». Les gendarmes ont passé mercredi les locaux de l’établissement au peigne fin.

Selon Jessica, la sœur de la victime, « Abdel était très jaloux, très possessif, et il pouvait se montrer très menaçant. Il avait dit que si ma sœur le quittait, il s’en prendrait à sa famille, mais on ne le croyait pas vraiment. Et il est passé à l’acte en tuant ma sœur et en voulant tuer mes neveux et nièces. » L’homme s’était mis en ménage avec la jeune femme de Nexon « alors qu’il était marié. On s’en était aperçu, ma sœur avait rompu avec lui, avant qu’ils ne se remettent ensemble. »

Selon le parquet de Limoges, Abdel B. a déjà été condamné par la justice pour des faits de violences conjugales, en août 2019, « une autre femme que la victime ». Il avait alors écopé d’un an de prison, dont six mois avec sursis et mise à l’épreuve. Enfin, une deuxième personne a été interpellée, ce mercredi 16 juin dans l’après-midi. Rien n’a encore filtré sur son identité et son degré d’implication dans cette affaire.

Ce jeudi 17 juin, aura lieu l’autopsie des victimes, qui devrait permettre de dire si elles sont décédées avant ou après l’incendie. Elle pourrait permettre de lever la zone d’ombre qui demeure sur le mode opératoire du ou des meurtrier.

Le Parisien