Nogaro (32) : Un Ivoirien « invisible », vivant des allocations familiales, terrorisait ses 4 compagnes et ses 28 enfants dans une maison de 600 m²

Un Ivoirien de 42 ans a été mis en examen et écroué début avril. Personne ne l’avait jamais croisé dans le petit village où il vivait.

Un homme «invisible», quatre compagnes et 28 enfants. À Nogaro, un petit village du Gers, un drame humain s’est noué pendant plusieurs mois derrière les murs d’une maison de 600 mètres carrés. Avec un épilogue début avril : un Ivoirien de 42 ans a été mis en examen à Agen et placé en détention provisoire. Il est soupçonné de viols sur son épouse, d’actes de torture et de barbarie sur deux de ses enfants ainsi que de violences sur l’ensemble des enfants et ses trois concubines.

L’affaire démarre en septembre 2020. Une famille venue de l’Oise débarque à Nogaro, une bourgade de 2000 âmes. Les nouveaux arrivants louent une grande bâtisse située dans un lotissement aéronautique, un peu à l’écart du village. Personne ne sait vraiment de quoi ils vivent. «Sans doute des revenus de la CAF (caisse d’allocations familiales, NDLR)», confie une source proche du dossier.

Le vice-procureur a expliqué s’attendre à une instruction longue « au regard de la complexité des faits » qui a justifié la saisie du pôle criminel d’Agen. « Des investigations restent à faire », a-t-il souligné à propos de l’enquête menée par la brigade de recherche de gendarmerie d’Auch.

L’homme est le père de 27 des 28 enfants, qu’il a eus avec son épouse et ses trois compagnes, un seul étant issu d’une précédente union.

Trois sont désormais majeurs. Tous les mineurs ont été placés par les services sociaux.

Le Figaro