Norvège : Suite à un “blackface”, suppression d’une célèbre série de Noël diffusée depuis une décennie

La diffusion de la classique série de Noël a été suspendue après avoir suscité la polémique dans le pays: la présence d’un personnage grimé en noir a éveillé l’indignation de collectifs antiracistes et de personnalités publiques.

Une polémique agite la société norvégienne depuis plusieurs jours. Cette année, la traditionnelle série humoristique de Noël a été rayée du programme. En cause : un personnage – Ernst-Oyvind – incarné par un acteur blanc, également créateur de la série, qui s’est maquillé le visage en noir, tout en arborant une perruque afro.

Le choix de ce personnage a suscité l’ire des réseaux sociaux, qui ont dénoncé son caractère raciste. “Le blackface, ça reste du blackface”, assène le compte Instagram (privé) Rasisme_I_Norge, se référant au “grimage en noir” pratiqué dans les spectacles de ménestrel américains au XIXe siècle et disparu à la suite du mouvement africain-américain des droits civiques, car considéré comme raciste et offensant.

Accusations de racisme

Plusieurs personnalités norvégiennes ont montré leur soutien en partageant les publications du compte Instagram. Interrogé par TV2, Nathan “Nate” Kahungu, finaliste d’une populaire compétition de danse en Norvège, s’est par exemple montré critique à l’égard du personnage d’Ernst-Oyvind, tout en clarifiant la problématique autour du blackface : “La série en soi est très humoristique, mais le problème reste que le personnage en question relève du ‘blackface’, qui, à l’origine, a été créé pour se moquer des personnes avec une couleur de peau noire.”

Face aux accusations de racisme, la plateforme en ligne de Discovery a annoncé le 3 décembre qu’elle arrêtait la série sur sa plateforme, mais aussi sur TVNorge, qui disposait des droits pour la diffuser.

Nous avons débattu et discuté, et parfois le ton et la tension sont montés. En 2020, il ne devrait pas y avoir l’espace pour qu’un acteur blanc se grime pour représenter une personne noire. C’est la chose que nous prenons en compte dans notre décision d’arrêter la série”, a affirmé Hanne McBride, directeur de communication de Discovery, au tabloïd norvégien. Une première en dix ans d’existence de cette série, considérée comme un grand classique télévisuel pour de nombreuses familles norvégiennes à l’approche des fêtes.

Non à la culture ! Non à l’humour !

La décision n’a pas manqué, à son tour, de faire débat. Mads Hansen, présentateur télé et ancien footballeur, s’est montré en total désaccord avec Discovery auprès deTV2 le 5 décembre, après avoir publié une photo de lui sur Twitter grimé en noir, ironisant le débat.

Tout le monde est d’accord sur le fait que le concept de blackface est raciste. Mais selon la définition de ce terme, il s’agirait de caricaturer une personne noire en exagérant ses traits, ce qui n’est absolument pas le cas ici”, a-t-il argué, avançant que le personnage d’Ernst-Oyvind était en réalité inspiré d’un caractère d’une autre série norvégienne, et qu’il ne pouvait donc pas véhiculer de racisme.

De son côté, dans une tribune parue le 4 décembre dans VG, intitulée “Non à la culture ! Non à l’humour !”, un professeur considère qu’arrêter la diffusion de l’émission était “très dommage pour l’humour”. “Malheureusement, par peur d’offenser, l’espace pour faire rire, pour penser librement et pour les bonnes idées rétrécit de plus en plus”, écrit Anders B. Aspen dans le tabloïd.

Soixante ans d’histoire télévisuelle norvégienne

Des argumentaires tirés par les cheveux, rétorquent trois membres d’un collectif afro-norvégien dans une tribune publiée par VG le 8 décembre. Selon elles, pour faire avancer le débat autour du racisme en Norvège, “écouter, au lieu de ridiculiser les personnes touchées par le racisme, est un bon début”.

À partir du moment où une représentation puise ses racines dans une histoire raciste et discriminante, elle ne devrait pas avoir sa place dans l’espace public, écrivent-elles dans le deuxième journal du royaume, en retraçant et contextualisant l’histoire du blackface.

La polémique a également atteint la chaîne publique NRK. Devant les demandes de plusieurs collectifs antiracistes exhortant les chaînes à enlever tout contenu faisant figurer des personnages arborant un blackface, NRK refuse.

Nos archives abritent soixante années d’histoire télévisuelle norvégienne, nous ne souhaitons pas la réécrire”, a fait valoir la directrice du divertissement de la chaîne, disant faire confiance au discernement du public pour comprendre que “les choses ont changé au fil de l’histoire”.

TV2.no