Nouveaux critères à la télé allemande : être issu de l’immigration, femme et « woke »

Des changements à la télévision nationale allemande : Aline Abboud, d’origine libanaise et née à Berlin-Est en 1988, présente désormais le journal télévisé sur l’une des principales chaînes publiques outre-Rhin. Dans une interview au journal Taz, elle a récemment déclaré :

« Nous sommes confrontés chaque jour à devoir sélectionner les faits de l’actualité et faire très attention à notre choix de mots. En théorie nous avons l’énorme pouvoir de changer le contenu des informations — ce que nous ne faisons pas, bien sûr.»

De Beyrouth à Istambul en passant par Leipzig

Abboud, qui était auparavant rédactrice en chef du journal télévisé d’une autre grande chaîne publique allemande, a été reporter et a animé le format politique Ceux d’en haut sur “funk”, le service d’informations pour la jeunesse des radiodiffuseurs publics sur Internet, un format qui propose de nombreux programmes de gauche et d’extrême gauche, voire racistes anti-blancs.

Après avoir étudié l’arabe à Leipzig, Istanbul et Beyrouth et obtenu un master, elle a commencé sa carrière en tant que stagiaire à la rédaction du site internet du Bundestag (n.d.t. : équivalent de notre Assemblée Nationale) pour arriver en 2016 à la télévision du service public grâce à la présentatrice Dunja Hayali (LGBT d’origine Irakienne, NDLR), qui lui a confié le poste de rédactrice en chef de l’émission qu’elle présente sur les réseaux sociaux.

Narcissisme migratoire

À l’écran, Aline Abboud est souvent l’objet d’une mise en scène particulière et de longues séquences dans les films dont elle est responsable…[…].

Une « objectivité » pro-Verts

Ce qu’elle entend par objectivité devient clair, par exemple, dans sa contribution à Ceux d’en haut : Dans une vidéo de dix-sept minutes, seules trois personnes, en dehors de la présentatrice, ont leur mot à dire : la principale candidate des Verts Annalena Baerbock,..[…].

L’article complet: Observatoire du journalisme