Nouvelle alerte sur l’économie chinoise : l’activité de l’industrie manufacturière chute brutalement

Alors que la croissance chinoise fait du surplace, l’activité de l’industrie manufacturière de la Chine a enregistré une baisse surprise en juillet, selon des données officielles publiées dimanche, dans un contexte de faible demande et d’une politique zéro Covid qui continuent de plomber les perspectives de croissance.

Chinois déguisé en dieu de la Prospérité

Les mauvaises nouvelles sur la santé de l’économie chinoise se succèdent. Alors que la Chine a vu sa croissance s’écrouler au deuxième trimestre pour faire quasiment du surplace, l’activité de l’industrie manufacturière freine brutalement. Après s’être redressée en juin après la levée des confinements, elle s’est contractée de manière inattendue en juillet dans un contexte de nouvelles craintes sanitaires, de perspectives économiques pessimistes, et de baisse de la demande. C’est ce qu’il ressort de la publication, ce dimanche, de l’indice PMI manufacturier du Bureau national des statistiques. Ce dernier est en effet redescendu à 49 en juillet contre 50,2 le mois précédent. Il passe donc en dessous du seuil de 50 qui sépare la croissance de la contraction de l’activité. La surprise est de taille. Les analystes interrogés par Reuters tablaient en effet sur une amélioration, à 50,4. Il s’agit de la plus faible performance de cet indice de ces trois derniers mois. Les sous-indices de la production, des nouvelles commandes et de l’emploi sont tous inférieurs à 50.

« Le niveau de prospérité économique en Chine a baissé, les fondamentaux de la reprise ont encore besoin de consolidation », a commenté le Zhao Qinghe, principal statisticien du Bureau national des statistiques, dans un communiqué.

Selon lui, les raisons de cette chute sont multiples : « saison basse traditionnelle de la production, libération insuffisante de la demande du marché et le déclin des industries à forte consommation d’énergie ». L’un des principaux facteurs de cette rechute est la poursuite de la contraction de l’activité dans les secteurs du pétrole, du charbon et de la fonderie.

L’industrie manufacturière reste confrontée à des prix des matières premières élevés, qui réduisent les marges de profit, alors que les perspectives d’exportation sont faibles en raison des craintes de récession mondiale. Zhao Qinghe a ajouté que les fortes fluctuations des prix des matières premières ont conduit certaines entreprises à adopter une approche attentiste, « affaiblissant les intentions d’achat ».

Baisse de la demande

La proportion d’entreprises déclarant que la demande du marché est insuffisante a également augmenté pendant quatre mois consécutifs, a indiqué le statisticien, notant qu’il s’agit de la « principale difficulté » des fabricants. Cette faiblesse de la demande entrave la reprise, relève Bruce Pang, économiste en chef chez Jones Lang Lasalle Inc, dans une note de recherche : « La croissance au troisième trimestre pourrait affronter des défis plus importants que prévu, car la reprise est lente et fragile. »

Malgré la levée partielle des restrictions liées au Covid dans les grandes villes comme Shanghai et Pékin, les confinements dans le pays ont inquiété entreprises et consommateurs.

D’autant que les autorités ne semblent pas vouloir abandonner la politique du zéro Covid. Lors d’une réunion du Politburo cette semaine, les responsables ont laissé entendre que la lutte contre la pandémie restait la priorité plutôt que d’atteindre des objectifs économiques et sociaux.

Réunion du Politburo

Les dirigeants chinois avaient initialement fixé un objectif de croissance du PIB pour l’ensemble de l’année d’environ 5,5%, mais avec une croissance économique de seulement 0,4% au deuxième trimestre, les analystes estiment qu’il est peu probable que cet objectif soit atteint.

L’indice PMI non manufacturier de la Chine est également tombé à 53.8 points en juillet, contre 54,7 en juin, selon les données du Bureau national des statistiques dimanche. Cela fait suite aux politiques visant à stimuler la consommation et à une reprise des activités de construction, selon la même source.

La Tribune