Nouvelle patronne à la gendarmerie à Arles : « Réactivité, agilité d’esprit et humanité »

Temps de lecture : < 1 minute

Par Le Dauphiné.

La cheffe d’escadron Nassima Djebli, 34 ans, est la nouvelle commandante de la compagnie de gendarmerie d’Arles, dans le nord des Bouches-du-Rhône. La plus grande de France. Son territoire s’étend sur 21 communes dont celles qui sont limitrophes avec le Vaucluse, en périphérie d’Avignon notamment.

« C’est une grande compagnie avec pleins de problématiques », résume l’officier. Elle compte s’appuyer sur ses 197 gendarmes répartis en 9 brigades, deux pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) et une brigade des recherches pour gérer l’afflux massif de touristes pendant les périodes estivales. Mais aussi contrer les délinquants en tous genres qui sévissent au cœur d’un triangle noir entre Marseille, Nîmes et Avignon. Sans compter les fêtes votives ou encore les problématiques environnementales. « Il fait savoir allier réactivité, agilité d’esprit et humanité. Je veux être proche de mes gendarmes, des élus et de la population car nous sommes là pour eux », indique la commandante Nassima Djebli.

Surveillance, filature, renseignement

Cette dernière n’en est pas à son premier poste de commandement. Après un master en droit, celle qui se destine alors à être magistrate finit par choisir le terrain et la Gendarmerie. Ses excellents résultats lui permettent de prendre la tête d’un groupe d’observation et de surveillance à Bordeaux entre 2012 et 2016 avant de remonter sur Paris les quatre années suivantes. Elle travaille à la Direction centrale de la gendarmerie à la sous-direction de l’anticipation opérationnelle, plus simplement appelée le service du renseignement.

5 Commentaires

  1. 34 ans…

    En 1922, après avoir préparé le concours à Sainte-Geneviève de Versailles, il est admis à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (promotion Metz et Strasbourg-1922-1924), dont il sort cinquième en 1924. Il entre alors à l’École d’application de la cavalerie de Saumur, dont il sort en 1925 en étant major.

    Le futur maréchal Leclerc habite une maison, face à la gare de Saint-Cyr-l’École, avec sa famille de 1932 à 1938. Il est alors, en tant que capitaine, instructeur à l’école spéciale militaire. Charles, l’un de ses enfants, y fait ses premiers pas.

    En arrivant au Tchad pour réaliser la première victoire Française de la seconde guerre, en 1941, il était encore capitaine, à 39 ans.
    D’où que ça sort cette promotion canapé qu’ils nous font là, elles sucent si bien que ça les crouillettes?

  2. Les pires dans les magasins bleus, sont bien les nanas, soit elles sont à la ramasse, soit elles sont utlra-connes. Limite perverses. Alors en plus si ça vient du bled…..

Les commentaires sont fermés.