Noyal-sur-Vilaine (35) : La Camerounaise Bienvenue Lewa Goueze, agent de soins “indispensable” en Ehpad depuis deux ans, est menacée d’expulsion

Bienvenue, Camerounaise, habitante de Noyal-sur-Vilaine, est menacée d’expulsion. Agent de soins depuis près de deux ans et intégrée à la société, elle sera jugée le 18 novembre. On avait quitté Bienvenue, Camerounaise et Noyalaise d’adoption, abattue, en mai dernier alors qu’elle venait de recevoir par courrier une obligation de quitter le territoire français (OQTF). On la retrouve aujourd’hui prête à se battre pour un combat légitime.

Floranne et Bienvenue garde le sourire. Pourtant une décision importante se jouera le 18 novembre devant le tribunal administratif de Rennes

« Ma vie s’est écroulée »

Il y a quelques mois, nous avions rapporté l’histoire de Bienvenue qui s’était livrée sur sa situation dans un témoignage poignant. Cette Camerounaise, habitante de Noyal-sur-Vilaine, avait reçu son titre de séjour pour des raisons médicales en 2019.

Le 14 avril dernier, avec stupeur, elle recevait une OQTF de la part de la Préfecture d’Ille-et-Vilaine. « En ouvrant, je me suis retrouvée tétanisée. Ma vie s’est écroulée… Tout est parti en fumée en quelques secondes « , avait témoigné avec douleur Bienvenue à l’époque. Tout ? C’est sa vie qu’elle a construite à Noyal. Car Bienvenue a réussi à s’intégrer à sa ville d’adoption. Avec sa formation d’infirmière au Cameroun, elle a trouvé un poste à l’Ehpad de la ville, elle se paye un logement et elle a même rencontré des amis, notamment Floranne. 

Cette Noyalaise ne décolère pas de la situation dans laquelle se retrouve Bienvenue : « Ce n’est pas normal. Je ne peux pas accepter une telle situation. Elle travaille, s’est reconstruit une vie ici… », soupire de colère Floranne.

La Préfecture me dit que je ne suis pas intégrée… Qu’est-ce qu’il faut de plus ?” – Bienvenue

Après l’OQTF d’avril dernier, Bienvenue a engagé un avocat qui a déposé un recours lui permettant de rester quelques mois supplémentaires en France. Mais le délai arrive à expiration et elle sera auditionnée par la justice jeudi 18 novembre. 

« Aujourd’hui, la Préfecture me dit que je n’ai pas réussi à m’intégrer… Pourtant, après l’OQTF, j’ai demandé à la Préfecture une dérogation pour pouvoir continuer à travailler, je déclare mes impôts en France, j’ai un bulletin de salaire tous les mois, je paye mon loyer et je n’ai pas d’aide française. Qu’est-ce qu’il faut de plus ? », s’interroge Bienvenue.

Un rassemblement en soutien à Bienvenue

Exaspérée par cette situation, Floranne va organiser un nouveau rassemblement à Noyal-sur-Vilaine, lundi 15 novembre devant l’Ehpad Saint-Alexis. Un message de soutien pour la Noyalaise d’adoption qui la pousse à poursuivre son combat. Un combat qu’elle mène avec lucidité sur la situation des personnes en situation irrégulière en France.

En tant qu’étranger, on est tout de suite fiché dans une catégorie. Nous ne sommes pas tous des délinquants. Je travaille avec des Français, je m’occupe de Français. Il ne faut pas croire qu’on est là à se tourner les pouces toute la journée. Ce n’est pas la réalité. Bienvenue

Le cas de Bienvenue est désormais entre les mains de la justice et du tribunal administratif. « Ce qu’on peut craindre, c’est que l’OQTF soit validée. À ce moment-là, Bienvenue aurait 30 jours pour quitter le territoire. Ce qu’on peut espérer, c’est qu’il prolonge le titre de séjour, et ce qu’on peut rêver, c’est une naturalisation. Mais on veut surtout une bonne nouvelle à l’issue du jugement », explique Floranne.

« C’est tellement angoissant »

En attendant, Bienvenue doit prendre son mal en patience, consciente que sa situation n’est plus vivable : « C’est tellement angoissant. Personne ne peut se l’imaginer. J’avais tellement peur que la police débarque un jour dans mon appartement. L’avocat m’a rassurée sur ce point. Mais on vit quand même avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Je suis dans le doute en permanence. J’ai envie de sortir de tout cela. »  

Une pétition pour soutenir Bienvenue a déjà récolté 2000 signatures. Désormais, il reste quelques longs jours d’attente avant que Bienvenue soit fixée sur son sort.

Actu.fr