Orly (94) : Un maire guyanais interpellé avec 2,5 kilos de cocaïne (Màj: l’élu libéré n’est pas mis en examen pour trafic)

Temps de lecture : 3 minutes

Addendum du 20/08/2020

Addendum du 19/082020

Le maire de la commune guyanaise d’Apatou, Paul Dolianki, trouvé samedi en possession de drogue dans ses bagages à l’aéroport d’Orly (Val-de-Marne), a été mis en examen mardi 18 août pour infraction douanière et laissé libre sous contrôle judiciaire, selon des sources concordantes.

Initialement soupçonné de trafic de stupéfiants, le parquet de Créteil avait requis son placement en détention provisoire. Mais il est finalement poursuivi pour importation en contrebande, détention et transport de marchandise dangereuse pour la santé publique, une infraction qui pourrait lui faire encourir jusqu’à 10 ans d’emprisonnement, a précisé le parquet à l’AFP.

Le Figaro

___________________________

Addendum du 17/08/2020

En Guyane, comme au niveau national, le maire d’Apatou est sous le feu des projecteurs depuis qu’il a été arrêté samedi à son arrivée à Orly après que les douaniers aient retrouvé 2,5 kilos de cocaïne dans l’une des valises qu’il transportait. Sa garde à vue a été prolongée par les policiers de la brigade des plates-formes aéroportuaires de l’Office anti-stupéfiants (OFAST) à Roissy.

“C’est normal. ça permet de mener les investigations” explique ce lundi son avocat guyanais, maître Patrick Lingibé. Celui qui est aussi le bâtonnier de l’ordre des avocats de Guyane, explique pour France-Guyane la situation de son client : “il est serein et va bien” entame d’entrée de jeu, maître Lingibé. “Il n’était absolument pas au courant du contenu illicite qui se trouvait dans la valise” rajoute son conseil. “La seule chose qu’il savait c’est qu’il y avait des vêtements et des bouteilles de rhum”. Le maire d’Apatou “est tombé des nues” lorsque les douaniers ont découvert le faux-fond. “Tout cela s’est passé lors d’un banal contrôle de routine et M. Dolianski n’a émis aucune protestation à ce que cette valise soit fouillée” rappelle maître Lingibé.

Et de préciser : “il a de suite coopéré avec les douaniers puis avec les enquêteurs” en charge de l’affaire. “Il est confiant quand à l’issue de cette affaire et est particulièrement embêté de ne pas avoir pu aller défendre les dossiers de sa commune au ministère de l’intérieur” complète son avocat. Maître Patrick Lingibé est lui aussi confiant quand à ce dossier : “je ne doute pas un instant de sa bonne foi et de son innocence” confie Patrick Lingibé. Et de conclure par un conseil avisé : “ne jamais accepter de valise de quiconque lors d’un trajet en avion”.

La valise justement… elle a été confiée à Paul Dolianski par un couple d’amis proches. Ils travaillent tous deux dans l’Éducation nationale. La femme est une ancienne CPE d’un des collèges de Saint-Laurent du Maroni, où elle réside. Son nom a déjà circulé sur les réseaux sociaux. Contrairement à ce qui a d’ailleurs pu être partagé sur ces mêmes réseaux sociaux, aucune perquisition ni garde à vue n’a encore eu lieu à Saint-Laurent. L’enquête est menée par le parquet de Créteil.

France Guyane

____________________________

Le maire de la commune guyanaise d’Apatou, Paul Dolianki, a été interpellé samedi à Orly et placé en garde à vue pour possession de stupéfiants. L’élu a été interpellé à la sortie de l’avion où des produits stupéfiants ont été retrouvés dans ses bagages. Il transportait environ 2,5 kilos de drogue.

Le maire de cette commune d’un peu moins de 10 000 habitants a été placé en garde à vue. “Mon client est totalement étranger aux faits, il n’est pas lié à un trafic de stupéfiants”, a assuré son avocat Avi Bitton, pour qui il y a “les mules complices rémunérées et les mules manipulées à leur insu”.

La drogue dans un double-fond du bagage

La valise aurait été prise pour rendre service à une connaissance, a expliqué l’un de ses collaborateurs après avoir échangé avec l’élu. Selon une source proche du dossier, le sac de drogue était caché dans un double-fond du bagage.

“Cela montre que n’importe quel citoyen, même le plus irréprochable, peut se retrouver dans les filets de la justice”, a affirmé Me Bitton.

M. Dolianki devait rencontrer ce lundi un conseiller technique du ministre des Outre-mer.

Maire depuis 2008 d’Apatou, commune frontalière du Surinam, M. Dolianki avait été réélu au premier tour des municipales le 15 mars avec 50,47% des suffrages. Le territoire guyanais est régulièrement pointé par les autorités en raison de l’importance du trafic de cocaïne.

Le Dauphiné

9 Commentaires

  1. “Mais il est finalement poursuivi pour importation en contrebande, détention et transport de marchandise dangereuse pour la santé publique”

    Ca n’a aucun sens en tant que tel, sans même évoquer sa ligne de défense, détachée de la nature des substances “importées”, i.e. “J’ai été piégé”. Il “importait” de la cocaïne, pas une “marchandise dangereuse pour la santé publique”. Salopes de magiscrottes aux ordres, le deux poids deux mesures devient grotesque d’affichage.

  2. Le magistrat dealeur et maire d’Apatou n’est plus en garde à vue.
    On aura Apatou vu !

  3. L’élu guyanais arrêté samedi en possession de 2,5kg de cocaine ne sera finalement pas mis en examen pour trafic. L’homme se dit “innocent” et a assuré avoir été “piégé”. (Le Figaro)

  4. Dans chaque avion au départ de la Guyane, il y aurait plusieurs “mules”. Si les services en chopent une ou deux, ça les occupe, pendant que les autres passent.

  5. L’intelligence se lit sur sa face, ça ne m’étonne pas qu’il ait trouvé ce moyen ingénieux de trafiquer de la drogue. Dans un sac, au fond de sa valise.

    C’était pourtant un plan parfait, damned.

Les commentaires sont fermés.