Paris 2024 : Les Jeux Olympiques veulent « faire tomber les barrières comme le racisme et soutenir la cause LGBT »

« Ouvrons grand les jeux ». C’est ce slogan que s’est choisi Paris 2024, deux ans pile avant le début de la quinzaine olympique parisienne. « C’est ouvrir en permanence la magie des jeux à tous les publics », a commenté ce lundi Tony Estanguet, président de Paris 2024. « Le sens est simple, mais extrêmement puissant », a assuré Julie Matikhine, la directrice de la marque dont les équipes ont planché sur le slogan. Et, il faut reconnaître que cette courte phrase incitative est efficace et cohérente avec le message que veut faire passer l’organisation, à savoir des « jeux ouverts à tous », selon les morts de la directrice de la marque.

Et cette dernière de citer les exemples de cette ouverture, le marathon pour tous, les épreuves de surf à Tahiti pour « ouvrir à la France du bout du monde », l’ouverture à la Seine-Saint-Denis où se dérouleront de nombreuses épreuves ou encore la volonté de « faire tomber les barrières comme le racisme ou le handicap, et soutenir la cause LGBT ».

Cette édition est placée sous le signe de l’ouverture. Unique pour les Jeux olympiques et paralympiques, le slogan « Ouvrons Grand les Jeux » se veut donc synonyme d’inclusion aux personnes en situation de handicap, d’ouverture aux territoires «  de Versailles à Saint-Denis », où se dérouleront plusieurs épreuves, et témoin de «  l’audace, la créativité, l’esprit d’avant-garde qui composent l’identité de la France », selon le Comité d’organisation (Cojo).

Des billets dès 24 euros

Outre ce slogan qui se décline aussi en Anglais (Games wide open), un court film mêlant images sportives et vues de Paris avec des percussions dans un effet crescendo a été présenté, sorte de clip promotionnel pour les JO. Enfin onze affiches accompagnent le tout pour vanter l’engagement social de Paris 2024, avec une seule figure connue qui apparaît, celle de Tony Parker.

Une des affiches proposées par Paris 2024.
Une des affiches proposées par Paris 2024. – Paris 2024

Et comme ces jeux se veulent ouverts au plus grand nombre, « il était important, à travers la grille tarifaire, de garantir une accessibilité au plus grand nombre », a affirmé Tony Estanguet. « Pour tous les sports, les billets commenceront à 24 euros et un million [sur 13,4 millions] sera disponible à ce tarif-là, précise Michaël Aloïsio, porte-parole de 2024. De plus près de 50 % des billets seront réservés au grand public avec un prix inférieur à 50 euros. » Le billet le plus cher sera à 950 euros et on pourra accéder aux finales à partir de 120 euros. En revanche, les tarifs de la cérémonie d’ouverture sont toujours en discussion.

La possibilité de revendre les billets

Côté pratique, l’intégralité de la billetterie sera numérique, notamment pour lutter contre le marché noir et les faux billets (coucou les incidents du Stade de France). La procédure d’attribution des places sera également modifiée. Alors que traditionnellement, on émet une liste de souhaits puis on est tiré au sort, l’organisation a décidé de changer la donne même si le tirage au sort est conservé. « Les gens s’inscrivent puis sont tirés au sort, explique Michaël Aloïsio. Par ordre du tirage, ils recevront ensuite un créneau pendant lequel ils pourront acquérir les places disponibles qu’ils souhaitent dans la limite d’un plafond. »

Niveau calendrier, en décembre prochain aura lieu l’inscription tirage au sort, en février 2023, la vente par pack de 3 places, sachant que les tirés au sort pourront composer leur pack, et en mai 2023, la vente à l’unité. « Les membres du Paris Club 2024 bénéficieront d’un tirage au sort réservé avant le grand public », précise le porte-parole, afin d’inciter les spectateurs à adhérer au club. Par ailleurs, les billets fonctionneront par sessions qui pourront, en fonction des disciplines, être des matchs, des matins, des après-midi, etc. Enfin, il sera possible de revendre les billets sur le site officiel, ceci, afin de lutter contre le marché noir.

On en sait plus sur le calendrier des épreuves

« Les premières médailles tomberont dès J+1 en judo ou en escrime », annonce Michaël Aloïsio, porte-parole de 2024. Les finales de natation et d’athlétisme se tiendront en soirée. Et pour mieux valoriser la place du sport féminin, le marathon femmes viendra clore la dernière journée, le marathon masculin se tenant avant. De même, la dernière épreuve de sport collectif sera la finale de basket féminin. Seul bémol, les épreuves de surf se tiendront à 7 heures du matin à Tahiti pour être à 19 heures en métropole. « Avec le choix de Tahiti, où il y a une des plus belles vagues du monde, nous savions que cela aurait des impacts sur les horaires », a commenté le porte-parole.

L’Union