Paris : Deux musulmanes voilées poignardées par deux femmes “de type européen”, au pied de la Tour Eiffel (Màj : La circonstance aggravante de racisme est retenue par le parquet)

Temps de lecture : 3 minutes

Addendum du 21 octobre 2020

Ce mercredi, le parquet de Paris indique avoir finalement retenu la circonstance aggravante de racisme, confirmant une information du journaliste Taha Bouhafs. Ainsi, une information judiciaire est désormais ouverte du chef de «violences volontaires» (et non plus «tentative d’homicide») ayant entraîné une incapacité de travail de plus de huit jours pour l’une et de moins de huit jours pour l’autre.

Ces faits sont aggravés de trois circonstances : ils auraient été commis en réunion, avec l’usage ou la menace d’une arme et enfin, ils auraient été – selon les mots du parquet – «précédés, accompagnés ou suivis de propos, écrits, images, objets ou actes de toute nature portant atteinte à l’honneur ou à la considération de la victime ou d’un groupe de personnes dont fait partie la victime en raison de leur appartenance ou non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée». D’après une source proche du dossier, la circonstance aggravante de racisme s’applique notamment à des propos tenus. 

L’avocat des deux victimes, Arié Alimi, a par ailleurs annoncé un dépôt de plainte avec constitution de partie civile pour demander de requalifier l’enquête en «tentative de meurtre à raison de l’appartenance de la victime à une race ou à une religion déterminée», une qualification criminelle.

Libération

Une vidéo et trois photos partagées en ligne rapportent l’agression au couteau d’une famille de neuf personnes, parmi lesquelles des femmes portant le voile, par «deux femmes de type européen» sur le Champ-de-Mars, au pied de la tour Eiffel, le 18 octobre 2020 dans la soirée. Les deux femmes se promenaient en famille, dimanche soir, quand « deux femmes nous ont agressées », a témoigné l’une des femmes du groupe de neuf personnes.

Sur des sites d’information et des blogs liés à l’islam, certains internautes ont avancé que le port du foulard par l’une des victimes était la cause de l’agression. Mais la préfecture de police a précisé que l’attaque est survenue à la suite d’un différend lié à des chiens qui n’étaient pas tenus en laisse non loin des enfants des victimes. L’agression n’aurait donc aucun aucun lien avec la religion musulmane.

Dès lundi soir, sur Facebook, un internaute alerte sur les faits – regrettant que les médias n’aient pas rapporté l’agression – et joint plusieurs documents à ses propos: on retrouve ainsi l’extrait d’un procès-verbal, en date du 19 octobre, où une témoin de la scène semble reconnaître l’une des personnes à l’origine de l’agression. Un témoignage écrit sur la messagerie Snapchat est également diffusé. […]

Selon l’une des victimes interrogées par Checknews, l’origine de l’altercation est bien liée à la présence de « deux chiens qui se sont dirigés vers nous ». Elle détaille : « Les enfants ont pris peur. Ma sœur, qui est voilée, a demandé aux deux femmes s’il était possible de garder leurs chiens auprès d’elles parce que les enfants avaient peur. »

Le ton montant, la victime affirme qu’une des deux agresseuses a, à ce moment là, insulté de « sales arabes » les femmes du groupe, refusant de tenir leurs chiens en laisse. Les coups de couteau ont été assénés alors que la victime qui témoigne s’interposait. Les deux suspectes ont attaqué les deux femmes au couteau, blessées et « prise en charge sans pronostic vital engagé ».

Les deux femmes suspectées placées en garde à vue

Une vidéo – de faible qualité – diffusée sur Facebook montre deux femmes paniquées sur le Champ de Mars, dont l’une pousse des hurlements de frayeur. Selon la témoin, « la police est rapidement intervenue et a interpellé une des deux suspectes, l’autre est en fuite ».

La deuxième femme recherchée a été placée en garde à vue mardi 20 octobre dans l’après-midi […] Une plainte, dont la photo a été diffusée en ligne, a été déposée lundi 19 octobre. Aucune mention des causes de l’agression n’est faite dans cette plainte. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour « tentative d’homicide volontaire ».

Libération

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.