Paris : Exposition “Y’a pas bon les clichés” ou un “travail d’arabe” pour la déconstruction des stéréotypes et préjugés racistes

Avec l’humour comme fil conducteur, la transmission mémorielle comme finalité, cette exposition citoyenne d’oeuvres graphiques aux slogans publicitaires détournés pose un regard inédit sur notre société et le vivre ensemble, et permet de mieux connaître et comprendre la construction des stéréotypes dans les imaginaires.

Cette exposition citoyenne et militante évoque les maux d’aujourd’hui comme ceux d’hier, parmi lesquels le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme, et livre au public, toutes générations confondues, une précieuse lecture mémorielle. Elle valorise ainsi une histoire trop souvent méconnue, celle des « sans-voix » doublement discriminés, de par leur vécu et leur absence d’un récit national commun.

La médiation autour de l’exposition permet de contextualiser chaque affiche et d’éclairer les intentions de l’artiste. L’objectif est d’ouvrir un dialogue autour de l’exposition et d’inviter les spectateurs à réfléchir sur leur propre système de représentation qui qui peut pousser à produire soi-même des stéréotypes discriminants.”

« Fondateur de l’association Remembeur, Ali Guessoum a choisi de lutter contre le racisme à coup d’affiches humoristiques et de slogans publicitaires détournés. Il en a fait une expo, « Y a pas bon les clichés » qui, après Paris, Nanterre, Montreuil et Pantin, s’installe du 1er au 22 octobre à la friche culturelle Mains d’œuvres à Saint-Ouen.

Pourquoi avoir choisi de détourner des affiches et des slogans publicitaires pour parler de racisme ?

Ali Guessoum : L’objectif est de déconstruire les clichés racistes et les discriminations en tout genre, dont beaucoup prennent appui dans l’histoire coloniale qui a cimenté, dans la mémoire collective, une vision racialisée des rapports humains. Cette posture, qui voyait dans les populations colonisées des peuples supposés inférieurs, a marqué la vision que l’on avait des indigènes et que certains ont encore aujourd’hui des personnes issues de l’immigration. En détournant des affiches et des slogans publicitaires avec humour, je tente de faire comprendre au public la naissance de ces stéréotypes et de mettre en valeur les identités plurielles et la contribution de l’immigration au roman national.

Quelle est la force de l’humour d’après vous ?

La problématique du racisme a trop longtemps été abordée avec une approche victimaire et misérabiliste ; or seuls l’humour et la poésie permettent d’offrir une analyse distanciée, sans perdre de vue l’essentiel. Les Temps modernes de Chaplin ont, à mon sens, été beaucoup plus utiles pour comprendre la mécanique et les dérives du capitalisme que la lecture du Capital de Karl Marx. Charlie Chaplin a eu l’intelligence et la finesse de vulgariser et de rendre accessible un propos dramatique. Je m’inscris dans cette lignée et souhaite sortir du climat de confrontation et de clivage dans lequel nous baignons en permanence en trouvant le ton juste, les bons mots pour initier un dialogue et une remise en question. J’espère ainsi transformer la colère en couleur.

Pourquoi avoir choisi Saint-Ouen comme nouvelle étape de cette exposition itinérante ?

Cette exposition est née il y a une dizaine d’années et a accueilli, au cours de son périple, plus de 100.000 visiteurs. Je mène un projet de longue date avec le département de la Seine-Saint-Denis. Nous avons monté en 2018 une grande exposition à Bondy sur la contribution des soldats coloniaux à la Première et à la Seconde Guerre mondiale, puis un festival du rire à La Courneuve qui visait à montrer comment l’humour a été un levier pour dénoncer le racisme. Cet événement sera renouvelé cette année dans la ville de Stains.

Infos pratiques : exposition « Y a pas bon les clichés » à la friche Mains d’œuvres, 1, rue Charles-Garnier, Saint-Ouen (93), du 1er au 22 octobre. Ouvert tous les jours de 14 h à 20 h. Gratuit. Soirée de vernissage « Les Arabes du futur » le 1er octobre de 18 h à minuit. Accès : métro Garibaldi (ligne 13). Plus d’infos sur mainsdoeuvres.org« 

Dans le cadre de la 13ème Semaine Parisienne de Lutte Contre les Discriminations. “Y’a pas bon les clichés” sera exposée au Centre Paris Anim Solidarité Angèle Mercier du 4 au 28 octobre – vernissage mercredi 12 octobre à 18h

Centre Paris Anim’ Solidarité Angèle Mercier 133-135 boulevard Serrurier 75019 Paris

  • Le mercredi 12 octobre 2022 de 18h00 à 20h00
    
  • Du mardi 04 octobre 2022 au vendredi 28 octobre 2022 :
    samedi de 09h30 à 12h30
    
  • Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 09h30 à 22h00. Gratuit

Contact : 06 10 81 23 62 remembeur2@gmail.com https://www.facebook.com/remembeur.asso

https://www.facebook.com/remembeur.asso

Remembeur