Paris : Le musée de l’Armée présente cet automne la première exposition jamais consacrée aux forces spéciales françaises

Le musée de l’Armée présente cet automne la première exposition jamais consacrée aux forces spéciales françaises, dévoilant les coulisses de l’une des entités les plus discrètes de nos armées. Programmé à l’occasion du 30e anniversaire de la création du Commandement des opérations spéciales (COS), l’événement propose une immersion inédite au cœur de ces unités d’exception, dans l’intimité d’hommes et de femmes pas comme les autres : en temps de paix comme en temps de guerre, ils œuvrent chaque jour pour la Nation dans des conditions extrêmes, avec humilité et esprit d’équipe.

De la Seconde Guerre mondiale à nos jours, l’exposition revient sur l’histoire, le fonctionnement, les équipements et l’évolution des forces spéciales, ainsi que sur l’emploi de plus en plus important qui en est fait aujourd’hui, interrogeant le rapport complexe que nos sociétés entretiennent avec la guerre.

Naissance des forces spéciales

Après avoir rappelé les héritages de la Seconde Guerre mondiale, des guerres de décolonisation et de la Guerre froide, l’exposition revient sur la création du Commandement des opérations spéciales (COS), le 24 juin 1992 à l’issue de la première guerre du Golfe. Organisé comme un commandement interarmées, opérationnel, il est placé directement sous l’autorité du chef d’état-major des armées. Le COS est chargé d’anticiper, de planifier, de coordonner et de conduire les opérations menées par les unités des forces spéciales. Ces missions, situées en dehors des cadres d’actions militaires conventionnelles, visent à atteindre des objectifs d’intérêts stratégiques notamment en termes d’actions d’environnement, d’ouverture de théâtre, d’intervention sur des objectifs à haute valeur ou en matière de lutte contre le terrorisme.

Souvent exécutées sur un territoire hostile ou derrière les lignes ennemies, les missions peuvent durer quelques heures, jours ou semaines. Pour éviter la compromission ou la fuite d’information, elles sont connues d’un nombre très limité de personnes. Employant des boucles décisionnelles très courtes, le COS travaille en synergie avec la direction du Renseignement militaire et les services de renseignements français et alliés.”

L’engagement humain, au cœur des unités

Les principaux faits d’armes de ces unités d’élites, relevant de l’armée de Terre, de la Marine nationale, de l’armée de l’Air et de l’Espace ainsi que du service de santé des armées, sont dévoilés afin de montrer aux visiteurs l’importance de leur rôle, en temps de paix comme en temps de guerre. Capacités d’adaptation, rusticité, détermination et esprit d’équipe sont des critères essentiels pour ces hommes et ces femmes d’exception, dans toutes les étapes de leurs carrières (sélection, formation, spécialisation, entraînement). Le parcours de visite est ponctué d’une soixantaine d’interviews qui témoignent de leurs expériences de vie peu communes.

Techniques et équipements à la pointe de l’innovation

L’exposition se penche également sur les techniques spécifiques, les équipements et l’armement des forces spéciales, mettant en regard les collections du musée de l’Armée avec des objets et documents venant de salles d’honneur des unités des forces spéciales, de collections privées, de professionnels de l’innovation technologique ainsi que de services de l’État et d’institutions patrimoniales nationales françaises et étrangères. La plupart de ces objets sont dévoilés au public pour la première fois.

De la réalité à la fiction

Dans une scénographie immersive et spectaculaire, où l’image, fixe et animée, ainsi que les dispositifs multimédias tiennent une place significative, l’exposition lève le voile sur l’une des entités les plus discrètes de nos armées. Elle aborde également la question de la représentation des forces spéciales au cinéma, qui a largement contribué à fixer leur image dans la culture populaire et à façonner leur mythologie.

Une exposition-événement et un dispositif exceptionnel sur l’ensemble des Invalides

En complément du parcours de l’exposition, les visiteurs peuvent exceptionnellement découvrir des véhicules et des équipements utilisés en opération par les forces spéciales depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours, présentés dans la salle Vauban. Sur les piliers de la cour d’honneur des Invalides les 16 unités des forces spéciales sont présentées. Enfin, un accrochage inédit des photographies prises par Édouard Elias, en mars 2022, pendant ses 192h d’immersion au sein des forces spéciales, au Sahel, dans le cadre de l’opération Barkhane, complète le dispositif. Cette commande photographique du musée de l’Armée auprès de l’artiste est présentée à l’extérieur du site et déployée sur les grilles du boulevard des Invalides, ainsi que dans les douves situées rue de Grenelle, pour une immersion au cœur de l’univers des forces spéciales.

Chiffres clés

Plus de 250 objets prêtés par les unités des forces spéciales
69 interviews filmées
50 prêteurs dont 16 unités spéciales
Sur plus de 900 m2 répartis dans les salles d’exposition temporaires, la salle Vauban, les piliers de la cour d’honneur, les douves Nord et les grilles du boulevard des Invalides

Musée de l’Armée