Paris : “Système de Ponzi délirant”, Gabriel Attal met en cause la gestion d’Anne Hidalgo, la mairie contre-attaque

A l’instar de son homologue Bruno Le Maire, le ministre des Comptes publics multiplie les propos offensifs envers la maire de Paris.

“Honnêtement, ça relève du Ponzi !”. Dans un entretien à France Inter , Gabriel Attal a une nouvelle pris pour cible Anne Hidalgo et la gestion financière de la ville de Paris, mettant en cause un système de “loyers capitalisés” qu’il a comparé à un système de Ponzi.

“Quand je suis arrivé au ministère du budget, j’ai découvert un système absolument délirant appelé loyers capitalisés mis en place de manière dérogatoire à l’époque de François Hollande et négocié avec Anne Hidalgo”, a t-il lancé, lors d’une interview mercredi 23 novembre.

Accusation “extrêmement grave et irresponsable”, selon le président de Paris en Commun

“Le système avait autorisé la Ville de Paris à endetter la ville en préemptant des logements, en demandant à des bailleurs sociaux de les convertir en logements sociaux, et en contrepartie en demandant à ces bailleurs sociaux de verser des décennies de loyers à venir pour que la ville puisse équilibrer son budget de fonctionnement”, avance t-il. “Il faut se rendre compte de ce système !”, lance t-il.

C’est devenu légal en 2015 puisqu’Anne Hidalgo avait négocié avec le gouvernement de l’époque une dérogation pour mettre dans son budget de fonctionnement et l’équilibrer sur une année des décennies de loyer à venir alors même qu’elle endettait la ville en préemptant ces logements. J’ai mis fin à ce système, parce que ce n’est pas sain. La réalité, c’est qu’il y a plus d’un milliard d’euros d’endettement en plus pour la ville de Paris lié à ce système” a t-il accusé, dénonçant un système où “vous endettez la ville sur des années et vous récupérez les loyers de décennies à venir pour équilibrer un budget aujourd’hui”.

Le sénateur Rémi Féraud, président du groupe Paris en Commun au Conseil de Paris et soutien d’Anne Hidalgo, s’est indigné de la sortie du ministre des Comptes publics. “Assimiler une inscription budgétaire autorisée pendant des années par les ministres du budget successifs et les services de Bercy à un montage financier illégal, c’est extrêmement grave et complètement irresponsable. Cela ne peut rester sans suite!”, a t-il menacé dans un tweet. “Resaisissez-vous!” lance pour sa part Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Maire de Paris en charge de l’urbanisme, à l’adresse de Gabriel Attal. BFMTV avance pour sa part que la mairie de Paris a annoncé vouloir porter plainte contre le ministre.

Boursorama