Passy (74) : un rêve éveillé pour de jeunes migrants africains avec un vol en parapente

Temps de lecture : 2 minutes

Quoi de plus extraordinaire pour des jeunes migrants que de découvrir le parapente ? L’idée a germé grâce à Soélie Minster-Mugnier, éducatrice spécialisée dans l’association Championnet qui a voulu faire rêver des adolescents, venant de loin, en leur faisant découvrir une activité unique.

La découverte de ce sport très particulier était proposée comme une activité non-obligatoire. Sur 17 jeunes, 13 se sont porté volontaires. Afin de mettre en place cette journée au départ de Passy, Soélie a sollicité deux moniteurs de parapente : Mehdi Bidault et Hugo Héricher, basés dans la vallée de Chamonix. Les deux sportifs sensibles aux actions sociales ont été enthousiasmés par ce projet.

Pendant cette journée clé, chaque participant de 16 à 17 ans a eu la chance de voler en biplace. Tout un apprentissage a pu être transmis : l’approche du matériel, l’exploitation de la masse d’air, l’expérimentation des manœuvres de voltige, etc.

Des sensations indescriptibles

« Pour les adolescents, ce sport a quelque chose de complètement insensé, confiait Soélie. Eux qui ont risqué leur vie pour venir en France, découvrent lors de cette journée le fait de risquer sa vie pour le plaisir des sensations ».

Cette rencontre entre deux mondes a été bénéfique pour eux, qui ont osé affronter leurs peurs et réussi à se dépasser. Les adolescents ont tous gardé en mémoire des images de survol unique, des sensations indescriptibles et pour certains une envie irrépressible de recommencer.

La réalisation de cette journée vertigineuse est liée à l’engagement de deux éducatrices : Soélie Minster-Mugnier et Mylène Deschamps présente pour l’encadrement ; de deux moniteurs de vol libre sensibles à cette action, qui ont accepté d’ajuster leur tarif pour la journée. Et des adolescents qui étaient d’ailleurs fiers de participer physiquement, mais aussi financièrement. Les participants ont versé la somme symbolique de 5€ et l’association Championnet a complété l’apport.

L’association Championnet

L’objectif de cette structure est de mobiliser des jeunes mineurs isolés originaires d’Afrique de l’ouest (Côte d’Ivoire, Guinée Conakry et Mali). L’accompagnement est global de l’hébergement, à la formation en passant par la gestion d’un budget personnel pour aller vers plus d’autonomie. Au quotidien, chaque jeune est d’ores et déjà engagé dans une formation en apprentissage en CAP dans les domaines du bâtiment, de la mécanique ou de l’usinage.

L e Dauphiné

9 Commentaires

  1. On les prépare pour futur épandage sur leurs shitholes originels à grand coup de Transall.

  2. “un rêve éveillé pour de jeunes migrants africains avec un vol en parapente”

    En espérant que Dame Nature et Eole s’occupent de certains…

  3. Prochaine étape:

    Saut à l’élastique depuis le 4ème étage d’un hlm, avec un élastique de 100m de long, car ils le valent bien! ^^

    Pour les sensations magiques pendant ce rêve éveillé, je ne vous dis même pas!

  4. “L’objectif de cette structure est de mobiliser des jeunes mineurs isolés originaires d’Afrique de l’ouest (Côte d’Ivoire, Guinée Conakry et Mali).
    L’accompagnement est global de l’hébergement, à la formation en passant par la gestion d’un budget personnel pour aller vers plus d’autonomie. “

    j’en peux plus de lire des trucs pareils…………….

    • “(…) pour aller vers plus d’autonomie.”

      plus d’autonomie, avec des africains, ça fait bientôt 60 ans qu’on peut voir ce que ça donne, aussi bien sur leur propre continent que sur le nôtre!

  5. C’est sûr… C’était indispensable…
    Ils fuient tous “la misère et la guerre et la famine”, bon arrivant avec des iphone, et la première chose à faire : Stage de parapente que nombre de FDS n’auront jamais le luxe de s’offrir.

    Mais c’est quoi ce put**** de délire ?
    L’inversion des valeurs est telle que je me demande encore comment c’est possible.
    Pour exemple : J’ai un pote qui, mineur à l’époque , en bon FDS…à été obligé d’aller dans un camp en Afrique sur décision de justice suite à… Bref c’était pas joli.

    Mais punaise : Il m’en racontait déjà des vertes et des pas mûres.
    Son frangin à fait 5 ans pour avoir tabassé du wesh qui cherchait.

    Certes, ce n’étaient pas des enfants de cœur mais dans ce sens, alors là, la “justice” est ferme hein…
    Ceci étant, au moins je peux compter sur eux. Et quand ils cartonnent, ce n’est pas à moitié, mais ce n’est pas “gratuit” non plus.

    Il y a de quoi péter un câble franchement.

  6. “Cette rencontre entre deux mondes a été bénéfique pour eux, qui ont osé affronter leurs peurs et réussi à se dépasser”.
    C’est parfait, ils n’auront donc pas peur pour refaire la route en sens inverse, en se dépassant pour rentrer chez eux au plus vite.
    J’ai bon là?

  7. « Pour les adolescents, ce sport a quelque chose de complètement insensé, confiait Soélie. Eux qui ont risqué leur vie pour venir en France, découvrent lors de cette journée le fait de risquer sa vie pour le plaisir des sensations »

    Quel bullshit de merde cette story de “ils ont risqué leur vie”. Ils prennent des vies, des vies Blanches, ces crevards, c’est ça la réalité. Et si tu trouves ça “insensé”, mouloud-fofana, eh bien trace vers ton shithole, tu ne nous manqueras pas. “Soélie”, le prénom qui schlingue la bobo gauchiasse de compétition.

Les commentaires sont fermés.