Pays-Bas : Un ghano-hollandais tente de faire interdire la tradition de “Pierre noir”, le compagnon de Saint Nicolas

A l’approche de l’hiver, les Pays-Bas se préparent à l’arrivée de Saint-Nicolas, souvent source de joie pour les plus petits. Mais pour les opposants à “Zwarte Piet”, un de ses compagnons grimé en noir, ces festivités sont tout sauf un motif d’amusement.

La venue du Grand Saint marque également l’apparition de son acolyte à la peau noire, traditionnellement affublé d’une coiffure afro et de boucles d’oreilles clinquantes, des caractéristiques jugées racistes par certains.

Depuis son enfance, Jerry Afriyie “a pris conscience que cette tradition”, la fête de Saint Nicolas, est “influencée par le racisme“, raconte le militant, qui a grandi au Ghana avant de s’installer aux Pays-Bas à l’âge de 11 ans. “Avoir des enfants qui se moquent de vous à l’école, (qui disent) que votre couleur de peau est sale, ou que les gens vous appellent Zwarte Piet (…) Cela les fait se sentir moins humains, c’est très déshumanisant“, dénonce-t-il.

Après une décennie de lutte pour l’abolition du personnage de “Zwarte Piet” (“Pierre noir” en français), un militant de premier plan assure que son combat a fait un bond en avant cette année, marquée par le mouvement “Black Lives Matter”, même s’il reste selon lui encore beaucoup à faire. […] La représentation de l’acolyte de Saint-Nicolas aux Pays-Bas a évolué ces dernières années, avec les chaînes de télévision et les autorités locales introduisant un “Zwarte Piet” dont le visage est peinturé de traces noires et non complètement grimé en noir. […]

Chaque année, “Zwarte Piet” cause un véritable débat culturel aux Pays-Bas, notamment lors des défilés de la Saint-Nicolas, où il distribue des bonbons aux enfants.Les défenseurs du personnage arguent que la peau de son visage est noire simplement parce qu’il passe par les cheminées des maisons afin d’y déposer des cadeaux.

Pour Jerry Afriyie, cette vision des choses ignore le fait que de nombreux enfants néerlandais noirs ou appartenant à une minorité ethnique souffrent régulièrement d’abus racistes à l’approche de Saint-Nicolas. En 2015, un comité de l’ONU a déclaré que le personnage de “Zwarte Piet” était considéré par beaucoup comme un “vestige de l’esclavage”.

Fondé en 2011, le groupe “Kick Out Zwarte Piet” (KOZP) est devenu la figure de proue des manifestations contre “Pierre noir”. Ces manifestations sont souvent ciblées par des défenseurs du personnage, avec des œufs et parfois des coups de poing lancés sur les militants de KOZP. Jerry Afriyie a lui-même reçu des menaces. […]

Ce qui s’est passé cette année, c’est que tous (les éléments) se sont réunis” après presque une décennie d’efforts, explique Afriyie, qui remarque que la pandémie de nouveau coronavirus a également aidé la lutte, de nombreux défilés ayant été annulés.

Pour lui, le plus grand signe d’espoir en 2020 a été l’implication des jeunes.

Ces jeunes de moins de 25 ans, ils ne plaisantent pas – il ne faut pas les chercher, ne leur sortez pas vos conneries racistes“, prévient-il.

Nouvelobs