Philippe Charlier : “Le vaudou est tout sauf une sorcellerie”

Temps de lecture : < 1 minute

Philippe Charlier est médecin, archéologue et ethnologue, qui vient de publier “L’homme, la nature et les dieux” (Éd. Plon). Il nous emmène avec lui au Bénin, sur les traces du vaudou. Une religion méconnue ou mal connue en Europe, qui puise ses racines dans cette région d’Afrique et qui invite à repenser notre rapport à la nature et à nos ancêtres.

Que peut apporter un regard triple (le médecin, l’archéologue, l’anthropologue) au vaudou ? Depuis presque 15 ans que Philippe Charlier sillonne les pistes du Bénin, il a acquis suffisamment de matière, de données, d’expériences pour proposer le récit d’une immersion et d’une analyse du vaudou sur ses deux berges atlantiques.

Au-delà de montrer et d’expliciter que le vaudou est une religion à part entière, avec ses codes, ses clergés, ses mythes et ses rituels domestiques et collectifs, on portera un regard nouveau, incisif, pragmatique et original sur cette croyance (et ses actions de sorcellerie associées) dans le territoire d’origine (Afrique sub-saharienne).

Que va-t-on découvrir ?

– gestes sacrés du quotidien

– cérémonies des revenants (Egungun) semeurs de mort symbolique

– divination Fâ par les coquillages

– consécration de fétiches (avec ce qu’apporte leur examen radiologique lorsque certains ont été transportés en Occident)

– fouilles archéologiques dans les palais des rois d’Abomey (permettant de retourner aux origines historiques du vaudou)

– récits de l’initiation de l’auteur et des élévations successives (récit ” de l’intérieur “)

– cérémonies nocturnes avec chevauchement des adeptes par les divinités

(” possessions “)

– pèlerinages syncrétiques chrétiens/vaudou (” Saut d’eau “)

– cérémonie des morts où se croisent une extrême sensualité et une fascination morbide

(” Guédés “)