Philippe Poutou, l’ex-candidat malheureux d’extrême gauche, entame une nouvelle carrière dans le cinéma

Au revoir la politique, direction le cinéma pour l’ex-candidat d’extrême gauche à la présidentielle. Une reconversion pas si inattendue…

Des arènes politiques au tapis rouge. La figure de proue du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), Philippe Poutou, est recruté par la société de distribution de films Urban Distribution, apprend-on ce mercredi 13 septembre par le site spécialisé Le film français. L’ancien candidat à la présidentielle, qui a recueilli moins d’1 % des suffrages en 2022, va « prendre en charge la promotion des films hors média », indique encore le magazine professionnel.

Précisément, sa mission consistera notamment à promouvoir des films consacrés à « la lutte contre le racisme, l’homophobie, les injustices sociales, les abus de pouvoir et la corruption… ». Il aura également « la responsabilité de fédérer les organisations associatives liées aux thématiques des différents longs métrages sortis par la société, accompagner les séances de présentation et animer les débats ».

Un film sur la répression policière espagnole pour ses débuts

Il commencera par la promotion du film Black Is Beltza 2 : Ainhoa. Un film d’animation pour adulte, sur la fin de la Guerre froide et la répression policière espagnole face à des activistes basques, à l’affiche le 16 novembre prochain, indique AlloCiné. Le film français précise d’ailleurs que c’est « à l’occasion de cette production que s’est opérée la rencontre entre Frédéric Corvez, dirigeant d’Urban et Philippe Poutou ». Une rencontre qui a accéléré ses ambitions professionnelles.

Une reconversion en réflexion depuis des mois

Car ce projet ne sort pas de nulle part et l’homme d’extrême gauche réfléchissait déjà à ce changement de parcours avant la présidentielle. Celui qui avait été licencié en 2019 de l’usine Ford de Blanquefort, souhaitait quitter la politique et se tourner vers le milieu associatif ou culturel. Dans une interview donnée le 6 avril 2022 à nos confrères de Libération, Philippe Poutou confiait : « Si tout va bien, j’ai une promesse d’embauche à la mi-mai ». Sans préciser quel serait son poste, il évoquait un emploi « dans la culture, dans le milieu du spectacle, du cinéma ».

L’ex-candidat est donc parvenu à ses fins, reste à savoir s’il fait une croix définitive sur sa carrière politique. Ou, peut-être, parviendra-t-il à allier la politique et sa passion pour le cinéma en transmettant les idées et combats qui lui sont chers : l’écologie, le féminisme, ou la lutte contre les injustices sociales, les violences policières et le racisme.

Huffington Post