Piscines squattées : attention, le phénomène prend de l’ampleur en France pendant l’été

Avec les fortes chaleurs en France, de plus en plus de propriétaires sont victimes du fléau des piscines squattées. Dimanche 31 juillet 2022, le journal du week-end diffusé sur TF1 s’est intéressé à ces occupations illégales qui se multiplient dans l’Hexagone, notamment à Toulouse, où 200 incidents de ce type ont été signalés.

L’été est là, la chaleur aussi. Dimanche 31 juillet 2022, Audrey Crespo-Mara a pris les rênes du journal du week-end sur TF1. Pendant l’émission, un reportage sur les piscines squattées a été diffusé. Un fléau qui prend de l’ampleur en France, notamment avec les épisodes successifs de chaleur. Les journalistes ont rencontré un père de famille qui a surpris deux personnes dans sa piscine. “Ils étaient installés là, ils avaient de quoi boire. Je leur ai demandé de sortir parce qu’ils étaient dans une propriété privée. Ils ont dit : ‘Non, non, c’est que de l’eau, on peut profiter’. J’ai dit : ‘Ben non, vous êtes chez moi’“. Des occupations illégales de plus en plus nombreuses dans l’Hexagone. Rien qu’à Toulouse, 200 incidents de ce type ont été signalés, en l’espace de trois mois. Pour certains, le préjudice est plus important. En effet, des piscines sont détériorées. Pour lutter contre ces actes de vandalisme, les résidents signalent les squatteurs via les réseaux sociaux. À noter que selon la Fédération des professionnels de la piscine et du spa, la France dénombre plus de 3 millions de piscines, comme l’a relayé Le Figaro lundi 1er août 2022.

Quelles solutions pour empêcher les squatteurs d’investir votre piscine ?

Sachez tout d’abord que “sans violence“, la police ne se déplace pas toujours “et les plaintes déposées aboutissent rarement, indique le reportage diffusé dans le journal du week-end de TF1Le Figaro précise qu’il est possible de “déposer plainte pour violation de domicile en cas ‘d’introduction dans le domicile d’autrui à l’aide de manœuvres, menaces voies de fait ou contrainte’ (article 226-4 du Code pénal), voire de ‘vandalisme’“, si votre piscine a été endommagée. Mais attention : la procédure peut prendre beaucoup de temps, des mois voire des années, et elle peut vous coûter “plusieurs milliers d’euros“. De plus, si vous n’étiez pas là au moment du squat, la plainte que vous aurez déposée le sera forcément contre X. D’autres solutions peuvent être envisagées, comme renforcer la sécurité et la surveillance de votre piscine avec l’aide de caméras. “Comptez entre 30 et 40 euros par mois en moyenne, matériel compris, pour être protégé“, a confié Alexandre Fourmond, directeur marketing de la société spécialisée EPS au Figaro, lundi 1er août 2022. À noter que si la violation de domicile est reconnue, “les squatteurs risquent alors une amende de 15.000 euros et un an d’emprisonnement“, conclut le reportage diffusé dimanche 31 juillet 2022 dans le journal du week-end de TF1.

Femme Actuelle