Plouescat (29) : Héritier Lazaro, futur apprenti-avocat, menacé d’expulsion (Màj : Le Plouescatais congolais peut rester en France)

Héritier, guitariste amateur, est passionné de chant depuis son enfance à Kinshasa au Congo où il faisait partie d’une chorale dans une église catholique, influencé par sa cousine un peu plus âgée qui y chantait du gospel.

L’Obligation de quitter le territoire français qui menaçait Héritier Lazaro a finalement été annulée. Le lycéen de 19 ans raconte cet épisode difficile et son désir de devenir avocat pour soutenir les gens « qui ont besoin d’aide ».

Héritier Lazaro, 19 ans, de nationalité congolaise, vit à Plouescat, en famille d’accueil, depuis près de cinq ans. En grande difficulté dans son pays, il est arrivé en France clandestinement, à l’âge de 15 ans, seul. Le jeune homme, scolarisé à son arrivée au collège de la Baie du Kernic, est actuellement en terminale au lycée du Léon, à Landivisiau. Après sa demande d’un titre de séjour définitif quand il a atteint l’âge de 18 ans, Héritier a reçu, en août 2020, une Obligation de quitter le territoire français (OQTF), finalement annulée en avril 2021 par le tribunal administratif de Rennes. Il raconte cet épisode difficile et évoque ses projets, alors que son avenir s’est éclairci […].

Une amie l’a particulièrement soutenu

Oui, au lycée, ma camarade Sacha Borie a remarqué que je n’allais pas bien avant l’audience au tribunal, à Rennes. Elle a insisté pour faire une pétition en ligne et alerter la presse […].

Depuis Plouescat, il va étudier la délinquance juvénile au Congo

Je prépare mon bac. Pour le grand oral, je travaille en sociologie sur le sujet de la délinquance juvénile au Congo, et en sciences politiques, sur les femmes considérées comme des objets dans les guerres. Plus tard, j’aimerais devenir avocat. Beaucoup de gens ont besoin d’aide et j’aimerais être là pour eux. Pour terminer, je veux dire merci à tous ceux qui m’ont aidé.

Le Télégramme


28/04/2021

Pour Héritier Lazaro, 19 ans, c’est un « grand soulagement ». En mars 2021, une de ses camarades de classe au lycée du Léon, à Landivisiau (Finistère), lançait une pétition en ligne pour alerter sur la situation du jeune homme, sous le coup d’une OQTF, pour « obligation de quitter le territoire français ». Depuis, le Congolais a reçu de bonnes nouvelles.

« Le tribunal administratif a annulé l’arrêté du préfet du Finistère et enjoint ce dernier à me délivrer un titre de séjour provisoire », informe-t-il, ce mardi 27 avril 2021. Une première étape avant « l’édition de sa carte de séjour », confirment les services de l’État du département.

Plus de 20.000 signatures

Selon le jeune homme, « de nouveaux éléments » ont pesé dans la balance. Parmi lesquels « mon intégration, mes liens amicaux et familiaux ». Outre une situation familiale stable – il vit depuis 2016 en famille d’accueil à Plouescat – et de solides amitiés, Héritier pouvait aussi mettre en avant la forte mobilisation autour de sa situation, plus de 20.000 personnes ayant signé la pétition.

Bientôt la fac de droit

Désormais, le lycéen peut se consacrer pleinement aux révisions de son grand oral du bac. Il a pris pour spécialités histoire-géo/sciences politiques et sciences économiques et sociales. Des connaissances qui lui seront utiles lors de ses études de droit, qu’il espère mener à la faculté de Bordeaux.

Ouest-France

__________

14/03/2021

Héritier est un lycéen de 19 ans. Arrivé du Congo en Octobre 2016, il est aujourd’hui menacé d’expulsion, accusé d’être arrivé clandestinement en France. Depuis son arrivée, il n’a cessé de tout mettre en œuvre afin de s’intégrer au pays qui l’avait accueilli: maîtrise rigoureuse de la langue à l’écrit et à l’oral, insertion dans le cursus scolaire, intérêt pour l’histoire et la culture Française, investissement dans la vie des établissement scolaires fréquentés, excellent comportement, très bons résultats scolaires, bénévolat pendant les vacances… Héritier est aujourd’hui un citoyen modèle et intégré au pays, mais pour combien de temps?

​Héritier a 19 ans, et vit à Plouescat en famille d’accueil (Finistère) depuis 2016. Congolais, il est désormais scolarisé au lycée du Léon, à Landivisiau. Il fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF), décidée par la préfecture, qu’il conteste via un recours. Son établissement et ses proches se mobilisent pour éviter son départ.

Sa pétition a une petite dizaine de jours et cumule plus de 3 000 signatures. En apprenant la situation d’Héritier Lazaro, son camarade de classe, Sacha n’a pas hésité à prendre le clavier. « Arrivé du Congo en octobre 2016, il est aujourd’hui menacé d’expulsion, accusé d’être arrivé clandestinement en France », écrit-elle sur change.org.

Le jeune homme de 19 ans fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF), contre laquelle il a déposé un recours. « Je n’avais parlé de cette situation qu’auprès de ma famille d’accueil de Plouescat. J’ai raconté cela à Sacha, qui est une de mes amies proches. C’est elle qui m’a dit qu’on ne pouvait pas rester sans rien faire », raconte Héritier Lazaro.

Soutenu par ses camarades et ses profs

Il est soutenu par ses camarades, ses professeurs mais aussi par l’ancienne proviseure du lycée du Léon, à Landivisiau, où il suit ses cours de terminale. Il va passer son bac en fin d’année. « Ça me fait tellement plaisir, ces gestes sont très précieux pour moi. Mon rêve, c’est de pouvoir rester ici pour faire des études d’avocat. »

La mobilisation se poursuit désormais en ligne. « Le but est politique. Maintenant que ça fait cinq ans qu’il est sur le territoire, la justice lui met la pression pour qu’il parte. Il est très intégré, parle parfaitement français et est investi. Nous souhaitons sensibiliser les gens à son histoire », glisse Sacha.

Héritier Lazaro, n’ayant plus de passeport, a fait valider son acte de naissance par l’ambassade Congo. L’OQTF, décidée par la préfecture du Finistère, stipule que ses empreintes sont confondues avec celle d’un alias angolais plus âgé. Ce que dément le jeune homme. « Je me suis fait avoir par mon passeur. » Son avenir sera tranché le 1er avril 2021 devant le tribunal de Rennes.

Héritier se trouve maintenant dans une impasse: il est menacé d’expulsion. Il n’a pourtant pas ménagé ses efforts afin de s’intégrer du mieux possible à la France dans tous les domaines envisageables; il passe son bac cette année, et envisage des études d’avocat afin de mettre ses compétences professionnelles au service de son pays d’accueil, mais la justice reste inflexible. 

Nous nous mobilisons et demandons pour lui le droit de vivre en France. Si cette demande n’aboutit pas, Héritier sera alors renvoyé dans son pays natal qu’il a eu tant de mal à quitter. Cette option est pour nous inenvisageable et nous avons aujourd’hui besoin de votre soutien.

Ouest-France