Pologne : le gouvernement poursuit en justice IKEA pour avoir licencié son DRH qui avait critiqué les homosexuels

Temps de lecture : 2 minutes

Ikea est poursuivi par le gouvernement polonais pour avoir violé les droits religieux d’un employé après qu’il ait été licencié pour avoir tenu des propos anti-LGBT+.

L’ancien employé d’Ikea, identifié comme Tomasz K, a été licencié l’année dernière lorsqu’il a refusé de retirer un commentaire homophobe qu’il avait publié sur le site interne de la société.

Aujourd’hui, le gouvernement polonais anti-LGBT+ poursuit l’entreprise de meubles, affirmant qu’elle a violé les droits religieux de l’employé, selon Bloomberg.

Les procureurs du pays – qui ont récemment réélu le président Andrzej Duda, farouchement homophobe – ont accusé le directeur des ressources humaines d’IKEA de restreindre les droits religieux de l’employé.

Marcin Sadus, un porte-parole du bureau des procureurs à Varsovie, a déclaré au service de presse polonais PAP que Tomasz K avait été licencié en raison de “jugements arbitraires et de préjugés” du directeur des ressources humaines d’IKEA. La Pologne déclare qu’Ikea “doit respecter la liberté religieuse”.

Sadus a déclaré que le directeur des ressources humaines d’Ikea a fait preuve de préjugés envers le travailleur qui, en exprimant ses “opinions” sur les homosexuels, “se référait aux valeurs catholiques”.

Les employeurs, y compris les multinationales, sont tenus de respecter la vie privée des employés, notamment en évitant les actions idéologiques non liées à leur travail“, a déclaré M. Sadus.

Il a ajouté que l’entreprise doit “respecter la liberté d’expression des opinions, de la conscience et de la religion” et ne doit pas “discriminer les employés sur la base de leur vision du monde“.

Un porte-parole d’Ikea a confirmé que son directeur des ressources humaines a été inculpé dans cette affaire et a déclaré qu’ils leur apporteraient “un soutien total“. L’entreprise suédoise de meubles a agi rapidement.

Tomasz K a été licencié l’année dernière par Ikea après avoir publié une série de remarques anti-LGBT+ sur le site web interne de l’entreprise.

L’acceptation et la promotion de l’homosexualité et d’autres déviances sont scandaleuses“, a-t-il écrit, en même temps que plusieurs versets bibliques anti-gays.

Ikea a déclaré à l’époque que l’employé avait exprimé une opinion “d’une manière qui pourrait affecter les droits et la dignité des personnes LGBT+“.
Plus de PinkNews

De plus, l’employé a en fait utilisé des citations de l’Ancien Testament sur la mort, le sang dans le contexte de ce que le destin devrait rencontrer les personnes homosexuelles“, a-t-il ajouté.

De nombreux employés concernés par ce commentaires ont contacté notre département des ressources humaines.

La décision d’Ikea de licencier l’homme était conforme au code du travail polonais, qui exige des employeurs qu’ils combattent la discrimination en raison de l’orientation sexuelle – mais elle a suscité l’indignation dans tout le pays, et le détaillant a dû faire face à un boycott national.

Le ministre polonais de la justice, Zbigniew Ziobro, a qualifié les actions d’Ikea d'”absolument scandaleuses” et a ordonné au bureau du procureur d’enquêter sur l’affaire.

Le sentiment anti-LGBT+ est devenu de plus en plus courant en Pologne ces derniers mois.

Au début de l’année, un tiers du pays s’est déclaré “zone sans LGBT“, tandis que le président polonais Andrzej Duda a fait reposer sa campagne de réélection sur son opposition aux droits des homosexuels.

Bloomberg

5 Commentaires

  1. Dans ce cas, les dégénérées LGBTQKRZSGTSXP… décidant des recrutements et licenciement chez Ikea devraient licencier immédiatement tous les musulmans. Parce que les textes de l’ancien testament ne sont rien comparés aux textes du torche cul vert coranique en ce qui concerne le traitement réservé aux homos.
    Raz de le c.. de cette dérive idéologique menée par les petites merdes des ressources humaines au sein des entreprises. Une entreprise n’a pas à faire d’ingérence idéologique et encore moins à sanctionner des opinions, alors qu’elle a elle-même créé un réseau de communication interne et incité ses salariés à s’exprimer. Si l’entreprise ne souhaite pas que les salariés expriment leurs opinions, c’est simple, il suffit de ne pas créer et mettre à leur disposition un blog interne. Alors bravo à la justice réaliste Polonaise et que les polonais agissent de concert en boycottant ce commerce de merdasses.

Les commentaires sont fermés.