Pontchâteau (44) : Les apprentis guinéens Ousmane Touré et Ibrahima sont menacés d’expulsion

Loire-Atlantique. Formés, intégrés, ils sont menacés d’expulsion”. Après quatre ans en France, et un emploi dans le BTP, Ousmane Touré et Ibrahima, Guinéens, doivent quitter la France. Itinéraires parallèles de deux jeunes, défendus par leurs employeurs.

À Pontchâteau, Ousmane Touré « est connu comme le loup blanc », rigole son employeur David Brisson. Formé comme maçon, le jeune Guinéen de 20 ans est installé dans la commune depuis quatre ans. Il y a son appartement, son travail, et ses amis à qui il prépare « de bons petits plats comme le tigadegue, à base de pâte d’arachide ». Il fait aujourd’hui l’objet d’une obligation de quitter le territoire.

Intégration à vitesse grand V

Quand il est arrivé en France en 2017, Ousmane Touré avait la maçonnerie en tête, « j’aime bien ça », dit-il simplement. Venu de Guinée, il est dirigé vers Pontchâteau par un service d’accueil de mineurs isolés. Chez son premier maître de stage Gilles Crand et son épouse Bérengère, il trouve une famille repère, dans un village qu’il ne connaît pas encore. « Ousmane est à tous nos repas de famille, entre amis, il vient en vacances avec nous », détaille Gilles.

Ouest-France