Portugal : Le groupe “Résistance nationale” menace une dizaine de militants anti-racistes

Temps de lecture : < 1 minute

Une résurgence du racisme au Portugal, il s’agit d’un nouveau choc pour le pays, trois semaines après un crime qualifié de raciste.

Une enquête est en cours sur les menaces contre les militants antiracistes. Une dizaine de personnes ont reçu un e-mail d’un groupe, leur ordonnant de quitter le pays dans les 48 heures, faute de quoi des mesures seront prises contre eux et leurs familles. L’e-mail se termine par la phrase: «Le mois d’août sera un mois de lutte contre les traîtres de la nation et leurs partisans». Parmi les cibles figurent trois femmes parlementaires.

Ça va au-delà de ce qui est acceptable

C’est l’association contre le racisme SOS qui a alerté la police; le 6 août, elle avait déjà reçu un mail évoquant des menaces de mort de la part d’un groupe qui se présente comme «une nouvelle milice d’extrême droite». Mamadou Ba, le président de SOS Racisme, quitte le poste de police où il a témoigné:

Il est de notre devoir de dénoncer ces menaces et il est de la responsabilité des autorités d’enquêter. J’espère que nous pourrons enfin lutter efficacement contre l’extrême droite”, a déclaré Mamadou Ba, “surtout parce que cela va au-delà de l’acceptable“.

Le groupe de quelque 300 adeptes qui serait derrière les menaces s’appelle la Résistance nationale. Le gouvernement est accusé de ne pas prendre au sérieux cette montée de l’extrême droite. Pourtant, le débat sur le racisme est très animé au Portugal. Il a été relancé par la mort, le 25 juillet, d’un acteur noir de 39 ans.

Il a été abattu dans la rue par un septuagénaire. Trois jours plus tôt, le vieil homme, qui aurait été gêné dans sa promenade par l’acteur, l’avait insulté en le traitant de “sale nègre, retourne dans ton pays“.

3 Commentaires

  1. Si j’ai bien compris les portugais n’en peuvent plus et prennent le choses en main, il va jaunir le président !

Les commentaires sont fermés.