Quand Éric Dupond-Moretti jurait qu’il ne serait jamais ministre de la Justice faute de compétences

Temps de lecture : 2 minutes

Aidez Le Dissident à continuer de faire vivre la chaîne : https://www.paypal.me/ledissident

Éric Dupond-Moretti en 2018, garde des Sceaux en 2020. Audrey Crespo-Mara : “Si on vous proposait un poste de ministre de la Justice, vous l’accepteriez ?” Éric Dupond-Moretti : “Franchement, je n’accepterai jamais un truc pareil. Ce n’est pas mon métier. Je n’ai pas les compétences. Je n’aimerais pas faire ça.” Éric Dupond-Moretti : « Moi, ministre ? Ce serait un bordel » Interrogé par la journaliste Audrey Crespo-Mara en avril 2018 sur LCI, le futur garde des Sceaux jurait alors qu’il n’accepterait jamais un tel poste. Éric Dupond-Moretti pris en flagrant délit de retournage de robe. 24 heures seulement après la nomination du ténor du barreau au poste de garde des Sceaux, une vidéo qui circule abondamment sur les réseaux sociaux montre l’avocat s’épanchant sur une hypothétique entrée à l’Hôtel de Bourvallais. Pour résumer ses propos tenus en avril 2018 : très peu pour lui. Dans l’émission d’Audrey Crespo-Mara L’Entretien d’Audrey, sur LCI, la journaliste demande au ténor : « Si on vous proposait le poste de ministre de la Justice, vous accepteriez ? » Et Éric Dupond-Moretti de répondre sans sourciller : « Non ! D’abord, personne ne me le proposera. Et ce serait un bordel, mais alors ! […] Moi, franchement, je n’accepterai jamais un truc pareil […]. C’est pas mon métier. Il faut en avaler, des couleuvres, pour faire de la politique. » Visiblement sûr de son fait, « Aquitator » assure : « Personne n’aurait l’idée sotte, totalement saugrenue, incongrue, invraisemblable, de me proposer cela. » Emmanuel Macron et Jean Castex apprécieront. Nomination surprise La nomination place Vendôme de ce ténor, qui a eu des prises de position très dures contre les magistrats, est une surprise. Il avait jusqu’ici toujours été classé à gauche et avait soutenu au moins en privé Martine Aubry à la primaire de 2011. Cet avocat médiatique, en couple avec la chanteuse populaire canadienne Isabelle Boulay, devait faire une chronique matinale sur Europe 1 à la rentrée.