Quand un ex-trafiquant de drogue marocain empêche un Camerounais de détourner un avion allemand

Un ancien trafiquant passé par la case prison qui trouve la rédemption dans la boxe. Parce que sa vie ressemble à un roman, il fallait bien un livre pour la raconter. Tarik Sahibeddine, 51 ans, a grandi dans la cité Barthez à Gradignan avant de devenir double champion de France de boxe. En 2018, il fait la Une des journaux pour avoir empêché le détournement du vol Munich-Paris. Aujourd’hui éducateur spécialisé aux Orphelins apprentis d’Auteuil, ce Marocain, girondin d’adoption, retrace son histoire dans la biographie “Dans le droit chemin” (City Editions), co-écrite avec le journaliste Frédéric Leterreux. 

Tarik et sa femme Nacéra

Il manque d’arracher la mâchoire d’un pirate de l’air

Ce 24 août 2018 aurait pu être une banale journée de fin de vacances“, écrit Tarik Sahibeddine. Ce jour-là, le boxeur retraité revient d’un séjour en Allemagne avec son épouse Nacéra. Le couple embarque pour un vol Munich-Paris. Et peu après le décollage du LH2236, un passager d’origine camerounaise tente de forcer la porte du cockpit. A cet instant, Tarik Sahibeddine pose le plateau repas servi par l’hôtesse et dit à sa femme qu’il “va y avoir une bagarre”. “J’ai demandé à l’équipage s’ils avaient besoin de mon aide, le chef de bord m’a alors tendu les bras en me disant ‘aidez-nous’, donc je me suis interposé”, raconte-t-il à France Bleu Gironde.

Je lui ai sauté dessus, je l’ai immobilisé au sol jusqu’à l’arrivée pour le remettre aux forces de l’ordre”

“On est en 2018, on parle beaucoup de terrorisme en France, il y a eu plusieurs attentats en début d’année et une psychose est née.” Tarik Sahibeddine craint d’assister à une nouvelle attaque ce jour-là. “C’était terrible et impressionnant mais ça été tellement rapide à la fois“. Dès le début de l’incident, l’équipage de la Lufthansa alerte la tour de contrôle à Paris. 

Avant d’intervenir pour maîtriser le forcené, Tarik Sahibeddine prévient la police des frontières : “Il se peut que je lui arrache la mâchoire, le nez, des dents, les frais dentaires et de chirurgies risquent d’être très élevés”. Le policier lui répond : “Tu as carte blanche.” Avec l’aide d’autres passagers, le Girondin parvient à plaquer au sol “le taré” sans “uppercut ni crochet et sans provoquer de panique à bord“. “Mon histoire a fait le tour de la planète“, sourit le boxeur, qui multiplie durant des semaines les interviews sur des médias français et internationaux.

Tarik Sahibedhine entame à 30 ans une carrière dans la boxe.

Tarik Sahibedhine entame à 30 ans une carrière dans la boxe. – Tarik Sahibedhine

Quand le futur héros du vol Munich-Paris vendait “des plaquettes de 250 grammes”

Né à Casablanca le 22 octobre 1971, Tarik Sahibeddine a passé toute sa vie en France. “Mes parents ont souhaité que je naisse au Maroc”. Mais c’est en Gironde, à Gradignan, près de Bordeaux, qu’il passe son enfance. “Quand je revois ce petit garçon Tarik, j’ai de la peine pour lui”, témoigne-t-il aujourd’hui. 

Quand vous entendez que vous ne valez rien, à un moment, vous y croyez”

“A fond de moi, j’étais Français. Mais très rapidement, on m’a fait comprendre que je n’étais pas comme les autres et on m’a ramené à mes origines. Ce n’est pas que le racisme racial, il y a aussi le racisme social. Je venais des quartiers prioritaires et je n’étais pas comme les autres, je n’était pas invité dans les mêmes fêtes que les autres. J’ai vraiment souffert de ça.”

Une fois incarcéré, ça été l’électrochoc”

C’est à ce moment-là, au gré de “mauvaises rencontres et de mauvaises fréquentations”, que l’adolescent tombe dans le petit trafic de drogue. “Je revendais aux grossistes des plaquettes de 250 grammes de résine de cannabis.” Plusieurs kilos sont découverts par les policiers. “J’ai été condamné à 18 mois de prison, dont six mois ferme”. Après sa libération, Tarik Sahibeddine décide de se ranger. Pour gagner sa vie, il enchaîne les petits boulots de portier de discothèques sur le Bassin d’Arcachon.

Au sommet de la boxe française à un âge où les autres raccrochent les gants

Sa passion du sport et son tempérament de bagarreur le poussent à monter sur le ring. “Il ne me restait plus d’autre échappatoire. A l’école j’étais en échec scolaire et je n’avais aucune expérience professionnelle.” Arrivé à l’âge de 30 ans dans le milieu de la boxe, sa progression va être fulgurante. “J’ai commencé chez les amateurs en 1999, je suis passé pro en 2000 et j’ai remporté mon premier titre de champion de France espoir en 2001.” 

Je n’ai pas compté les entraînements, les kilomètres parcourus et les bleus sur le corps”

Capable de combattre dans différentes catégories (mi-moyen et super-léger), le boxeur du club de Marcheprime trouve un chemin de rédemption aux yeux de sa famille. “Mon père est venu une fois me voir combattre. C’était lors du championnat de France espoir à Bordeaux. Il est parti quelques mois plus tard.” 

Tarik Sahibedhine, ancien champion de France de boxe.

Tarik Sahibedhine, ancien champion de France de boxe.

Au cours de sa carrière, Tarik Sahibeddine va disputer six championnats de France dont cinq finales, décrocher deux titres de champion et trois de vice-champion, pour finir en 2005, “numéro un français“. “Je vivais un rêve éveillé.” Certains entraîneurs conseillent alors au Girondin âgé de 34 ans de prendre sa retraite. Lui refuse. Danemark, Allemagne, Serbie. Il parcourt l’Europe des rings avant de déposer les gants, à 42 ans

Videur de boîte de nuit et éducateur spécialisé 

Après son passé de délinquant repenti et de champion de boxe, Tarik Sahibeddine ouvre un nouveau chapitre de sa vie. “J’avais fait du mal autour de moi, je me suis donné comme challenge de faire le bien”, explique-t-il. Le bagarreur d’hier se lance dans le travail social, d’abord comme animateur puis en tant qu’éducateur spécialisé. “J’essaie d’aider des jeunes en souffrance à retrouver le droit chemin”. En 2017, il intègre la Fondation des orphelins apprentis d’Auteuil qui œuvre à l’insertion des jeunes en difficultés sociales.

Depuis plus de vingt ans maintenant, l’ex-enfant terrible de la cité Barthez tend la main aux adolescents qui ont trébuché comme lui. Son livre autobiographique est aussi un manuel d’apprentissage. “A cinquante ans, après avoir tant galéré dans ma vie, je voulais partager mon expérience, montrer que si l’on peut prendre un mauvais départ, jamais il ne faut abandonner ses rêves”.

Ancien délinquant repenti, devenu champion de France de boxe, Tarik Sahibedhine sur le ring.

Ancien délinquant repenti, devenu champion de France de boxe, Tarik Sahibedhine sur le ring. – Tarik Sahibedhine

France Bleu