QUARTIER CHIC DE L’UPPER WEST SIDE, DES CENTAINES DE SANS ABRIS TRANSFORMENT LA VIE DES HABITANTS EN CAUCHEMAR

https://nypost.com/2020/08/06/hundreds-of-new-homeless-bring-drugs-loitering-harassment-to-uws/

Temps de lecture : 2 minutes

Des centaines de nouveaux sans-abri transforment l’UWS en un spectacle continue de trafic de drogue et de harcèlement.

Les habitants de l’Upper West Side affirment que trois hôtels qui ont hébergé des centaines d’hommes sans-abri pendant la pandémie de coronavirus ont transformé le coin en un spectacle de miction en public, de sifflements sur les femmes et de consommation de drogue.

Parmi ceux qui séjournent dans le luxueux Belleclaire sur Broadway et le Lucerne sur West 79th Street, et le Belnord plus bas du marché sur West 87th Street, se trouvent des personnes atteintes de troubles mentaux, des toxicomanes en convalescence et des délinquants sexuels enregistrés.

Dix délinquants sexuels séjournent dans un seul hôtel – le Belleclaire, qui se trouve à seulement un pâté de maisons de l’aire de jeux du PS 87.

…..

Un membre du conseil d’administration, qui a demandé à ne pas être identifié par son nom, a déclaré qu’on leur avait dit que la ville payait les hôtels 175 $ par jour et par sans-abri ou «deux gars dans une chambre à 350 $ par jour».

…..

Les délinquants sexuels sont les plus préoccupants pour les parents – 10 vivent au Belleclaire jeudi, selon le registre national des délinquants sexuels. Ce n’est qu’à un pâté de maisons du terrain de jeu du PS 87.

Les 10 incluent Luis Martin, 44 ans, qui a poignardé, frappé et violé une femme en 1995, entraînant une peine de 12 ans de prison.

Il y a également quatre délinquants dont les victimes étaient des enfants: Ronald Butler, 62 ans, condamné en juin 2013 pour avoir violé une fille de 16 ans; Eddie Daniel, 59 ans, reconnu coupable d’avoir abusé d’un enfant de 10 ans en 2011; Jonathan Evans, 29 ans, reconnu coupable d’avoir abusé d’un enfant de 6 ans; et Michael Hughes, 55 ans, reconnu coupable de possession de pornographie juvénile en 2007.

….

Ensuite, il y a les toxicomanes et les alcooliques.

Près de 300 toxicomanes sans-abri ont séjourné depuis le début de l’épidémie au Lucerne, dans la 79e ru

Article complet sur le New York Post

1 Commentaire

  1. C’est impressionnant comme cette faune maronnasse adapte son biotope shitholesque à ses besoins parasitaires.

Les commentaires sont fermés.