Qui a inventé la chasse d’eau ?

Synonyme de progrès et de confort, la chasse d’eau telle qu’on la connaît aujourd’hui existe depuis la fin du 16e siècle.

C’est à la sortie du Moyen-Age, période de l’histoire dont la réputation hygiéniste n’est pas des plus reluisantes, que naît la chasse d’eau ! Cette invention du quotidien, nous la devons à John Harrington, un poète anglais, désormais plus connu pour son sens pratique que pour son sens de la rime.

Un inventeur proche de la reine d’Angleterre

Filleul de la reine Elisabeth Ier, Harrington ne fait pas l’unanimité parmi les courtisans anglais, avec ses histoires décalées, à tel point qu’il est banni de la cour. Contraint de s’exiler à Kelston, au sud-ouest de l’Angleterre, il construit une maison dans laquelle il invente le premier lavabo à chasse d’eau. Ce prototype, nommé Ajax (mot dérivé de « a jakes », qui signifie « toilette » en argot), était alors composé d’une cuvette recevant de l’eau depuis un réservoir situé au-dessus grâce à des leviers et des poids. Il fallait tourner la poignée du siège pour qu’un clapet au fond de la cuvette s’ouvre et laisse échapper l’eau qui atterrissait ensuite dans une fosse sceptique.

Le dispositif séduit tellement la reine que celle-ci décide de réengager le courtisan mal-aimé. Son invention est d’ailleurs décrite dans un livre : A New Discourse upon a Stale Subject : The Metamorphosis of Ajax, publié sous le pseudonyme de Misacmos, littéralement « celui qui déteste la saleté ». Malgré l’engouement de la reine et de la noblesse, le public reste fidèle à la méthode classique du pot de chambre qui disparaîtra progressivement au cours du 20e siècle. L’époque est en effet marquée par de criants problèmes d’hygiène, surtout en comparaison de l’époque contemporaine. Il n’existe pas à proprement parler, de lieu d’aisance dédié et encore moins de tout à l’égout. Les excréments sont recueillis dans les pots de chambre, et ensuite vidés dans les rues, au milieu des ordures. Cette méthode rudimentaire aura souvent pour conséquence la propagation de maladie telles que la peste.

Une invention pas si écolo

Il faut toutefois attendre 200 ans pour qu’un autre britannique, Alexander Cummings, dépose le premier brevet de chasse d’eau. Trois ans plus tard, le mécanisme est amélioré grâce à Joseph Bramah, un multi-inventeur à qui l’on doit notamment l’invention de la serrure à pompe, de la presse hydraulique, de la tireuse à bière, d’une machine à numéroter les billets de banque). C’est lui qui conceptualise le procédé du clapet anti-retour et du siphon, encore utilisé de nos jours. Si la chasse d’eau est aujourd’hui synonyme de confort et de progrès, elle est désormais associée à une problématique écologique importante : la consommation d’eau. En effet, la chasse d’eau est très gourmande en eau : ce sont en moyenne 36 litres d’eau potable qui partent aux égouts par jour et par personne, c’est énorme !

Ça m’intéresse