Reconduite à la frontière : un ressortissant afghan refuse d’embarquer pour la Slovénie

Le ressortissant afghan, qui refusait d’embarquer dans un avion à destination de la Slovénie, a écopé de trois mois de prison avec sursis. Photo archives RL /Thierry NICOLAS

Un Afghan de 28 ans était jugé, mercredi 25 août au tribunal judiciaire de Metz, pour avoir refusé d’embarquer, à Roissy, dans un avion à destination de la Slovénie et d’avoir, quelques jours plus tard, refusé de se soumettre à un test PCR en vue d’une reconduite à la frontière. Depuis, il est placé en détention provisoire au centre de rétention administrative de Metz dans l’attente d’un prochain vol programmé pour le 6 septembre.

La crainte d’être renvoyé en Afghanistan

« Je n’ai pas encore pris de décision pour savoir si j’accepte de retourner en Slovénie », indique l’intéressé qui craint d’être, ensuite, renvoyé en Afghanistan où se trouvent sa femme et ses deux enfants.

Demande d’asile en Slovénie

Le parquet requiert 3 mois de prison assortis d’un sursis simple pour ce prévenu qui « fait obstacle à son transfert vers l’état qui a reçu sa demande d’asile ». Des faits que conteste l’intéressé en assurant ne pas avoir déposé de demande d’asile en Slovénie. En défense, Amandine Royer plaide « des faits simples et reconnus pour le refus d’embarquer ». « Pour le test PCR, il doit être relaxé car le simple refus ne caractérise pas un acte positif ! Mon client a des craintes tout à fait légitimes au sujet de son retour en Afghanistan. » Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public.

Le Républicain Lorrain