Reims (51) : 50 personnes, armées de battes et de haches, déferlent sur des joueurs de foot de 15 ans

Temps de lecture : 2 minutes

C’est un terrible fait divers qui s’est produit ce samedi soir à Reims. Entre 40 et 50 personnes, armées de battes et de haches selon les témoins, ont déferlé sur des joueurs de 15 et 16 ans qui disputaient un match de football. Trois ont été hospitalisés, tous sont en état de choc.

« Je n’ai jamais vu ça de ma vie. C’est un miracle qu’il n’y ait pas de morts ! » Ce dirigeant de club, présent samedi après-midi au Creps de Reims (France), est encore tétanisé par ce qu’il a vu et vécu.

Peu après 17 heures, une rencontre opposant des jeunes, nés en 2004, des clubs de Taissy et La Neuvillette-Jamin, se terminait dans un « très bon état d’esprit », lorsque plusieurs dizaines d’individus, dont beaucoup armés, ont déferlé sur les joueurs du FCF Neuvillette-Jamin. « On a vu les individus se rassembler peu à peu, puis ils ont défoncé un grillage et nous ont foncé dessus ».

« On a tous dû s’enfuir »

Ces derniers n’ont pas pu se réfugier dans les vestiaires, fermés en raison des mesures Covid, et ont dû s’enfuir. Le témoin, éducateur spécialisé qui tient à garder l’anonymat pour des raisons de sécurité, raconte la scène. « En raison du contexte sanitaire, le match se jouait à huis clos et les grilles étaient fermées. On a vu les individus se rassembler peu à peu, puis ils ont défoncé un grillage et nous ont foncé dessus. Ils étaient entre 40 et 50, armés de barres de fer, de battes de baseball et même de haches. On a appelé la police, mais le temps qu’elle arrive, on était obligés de partir au plus vite. Nous autres éducateurs, on a très vite compris que vu leur nombre, on ne pourrait pas protéger nos jeunes. On a tous dû s’enfuir. »

« Ils ont essayé plusieurs fois de l’écraser »

Les joueurs de 15 et 16 ans et les dirigeants se mettent alors à courir, et plusieurs, dans la panique, se blessent en escaladant les grilles et en se réfugiant où ils peuvent. « Certains se sont cachés dans des jardins, d’autres dans des maisons. Mais le groupe violent nous poursuivait. Certains avaient une voiture et ils ont pris en chasse un de nos jeunes. Ils ont essayé plusieurs fois de l’écraser ! Ils ont fini par attraper deux joueurs et ils les ont roués de coups. Ils n’arrêtaient pas de leur taper dessus. C’était terrifiant. »

Au bout de quelques minutes, la police est arrivée. Huit individus armés auraient été interpellés. Samedi dans la soirée, on aurait compté jusqu’à dix personnes en garde à vue.

Un règlement de comptes ?

Du côté des victimes, trois ont dû être hospitalisées. Un jeune de 16 ans a « de multiples fractures aux bras », un autre a dû passer un scanner cérébral et souffre de « blessures aux ligaments sur une épaule et un poignet ». Selon le dirigeant, lui-même blessé au visage, « il y a deux blessés graves, beaucoup ont des contusions, et le choc psychologique est immense pour tout le monde ».

Concernant les raisons de ce déchaînement de violences, il pourrait s’agir, selon les victimes, d’un règlement de comptes. Une plainte a été déposée et une enquête est en cours.

Sud Info

3 Commentaires

  1. C’est un terrible fait divers qui s’est produit ce samedi soir à Reims.

    Ce n’est pas un “fait divers”, pauvre journafion de merde, c’est un fait de société.

  2. Au bout de quelques minutes, la police est arrivée.

    C’est combien quelques?
    J’dis ça parce que l’autre jour, en parlant de migrants envahisseurs, ils disaient aussi “quelques”, pis il y en avait 183…
    Ça fait plus de deux plombes un “quelque” pareil.

Les commentaires sont fermés.