Rennes : sa demande refusée, cette maman défend l’instruction en famille

Jennifer, maman de Lenny, 11 ans, Hakim, 4 ans et Rayâan, 3 ans, éduque ses trois enfants par l’instruction en famille depuis 2020.

Avec ses trois enfants, Jennifer pratique l’instruction en famille. Son « école de la vie », refusée par le rectorat, peut la placer dans l’illégalité dès la rentrée.

Jennifer, sac plein de livres sur le dos, arrive avec un grand sourire et ses trois enfants. Son plus grand, Lenny, est le seul de ses garçons à avoir été scolarisé. Depuis 2020 et la crise sanitaire, le foyer expérimente l’instruction en famille (IEF). Une idée, longuement réfléchie, qui se révèle « salutaire » dans son foyer. Son garçon de 11 ans était loin de s’épanouir dans le système scolaire, explique-t-elle. Scolarisé à Maurepas, où ils habitent, ses fréquentations favorisaient un état d’esprit négatif, menant parfois à des fugues de l’école.

Prendre le temps d’apprendre

L’IEF lui donne surtout la liberté d’organiser l’enseignement au rythme de son enfant, « sans pénaliser le reste d’une classe ». « Il a toujours été très curieux, avec de bons résultats, mais il ne tenait pas en place. On était appelés toutes les semaines », confie-t-elle. Loin de se cantonner aux manuels scolaires ou autres formats académiques, l’instruction se fait par « l’école de la vie ». Une sortie à Saint-Malo, par exemple, ce n’est pas seulement se poser à la plage. C’est expliquer l’histoire de la ville ou encore le fonctionnement des marées.

La suite sur Le Télégramme