Rochefort-du-Gard (30) : Une retraitée de 75 ans chassée de sa propre maison par un squatteur

Dans l’impossibilité d’accéder à sa résidence principale depuis le 13 août, en raison d’un squatteur, cette sage-femme de 75 ans à la retraite n’a toujours pas obtenu gain de cause. Elle ne peut toujours pas habiter la maison dont elle est propriétaire. Une partie est squattée et le portail est bloqué.

Rappel des faits. Partie en Guyane avec sa nièce, enseignante, Martine Garofalo scinde sa maison en deux appartements qu’elle loue meublés à deux trentenaires apparemment bien sous tous rapports. Mais l’occupant du 1er étage part sans laisser d’adresse après un an de loyers impayés tandis que l’occupant du rez-de-chaussée en profite alors pour se l’approprier illégalement.

Martine dénonce les baux par lettres recommandées dans le respect de la loi. Lettres qui ne seront jamais retirées. Revenue en France, son constat est affligeant. Sa propriété dans un état déplorable : son jardin en friche, l’intérieur de son logement insalubre. Cependant, en raison de la trêve hivernale, le locataire en question ne peut pas être expulsé du rez-de-chaussée. 

Une décision de justice permet malgré tout à Martine de réintégrer le premier étage et le jardin de sa propriété. La mairie de Rochefort-du-Gard lui cède gracieusement un appartement jusqu’à ce qu’elle puisse retrouver sa maison. Depuis trois mois, Martine Garofalo essaie de récupérer sa maison, ce que son locataire refuse. En attendant une issue, la propriétaire de 75 ans – sans domicile – a été relogée par la mairie de Rochefort.