Royaume-Uni : Les livres pour enfants sont huit fois plus susceptibles de mettre en scène des animaux que des personnages de couleur

Temps de lecture : 3 minutes

Selon deux études britanniques, seuls 5% des livres pour enfants mettent en scène des protagonistes noirs, asiatiques ou issus de minorités ethniques – il s’agit toutefois d’une amélioration par rapport à 2017 où ce pourcentage n’était que de 1%.

[…] Un enfant issu d’une minorité ethnique est beaucoup plus susceptible de rencontrer un protagoniste animal en lisant un livre qu’un personnage principal partageant son ethnicité.

Deux nouveaux rapports sur la représentation dans les livres pour enfants ont été publiés ce mercredi. Le Centre pour la Promotion de Langue dans l’Enseignement Primaire (CLPE) a constaté que 5% des livres pour enfants publiés au Royaume-Uni l’année dernière avaient un personnage principal issu d’une minorité ethnique, contre 4% en 2018 et seulement 1% en 2017.

Le nombre de livres qui présentent des personnages noirs, asiatiques ou issus de minorités ethniques a également augmenté, passant de 7 % en 2018 à 4 % en 2017. Ce chiffre reste bien inférieur à 33,5 %, la proportion d’enfants en âge d’aller à l’école primaire qui sont issus d’une minorité ethnique.

Nous sommes heureux que ce chiffre continue d’augmenter, d’année en année, mais le point de départ était très bas. Et même là où nous en sommes, quand on prend du recul, c’est encore si anormalement bas que nous devons nous assurer que l’augmentation progressive ne nous rend pas complaisants ou ne nous donne pas l’impression d’avoir terminé“, a déclaré Farrah Serroukh, qui a dirigé le projet CLPE. “Nous voulons encourager l’industrie de l’édition à continuer à s’efforcer de faire mieux“.

Le rapport révèle également que certains éditeurs ont repoussé les recherches antérieures du CLPE, et leur ont demandé de rendre compte également du nombre d’animaux dans les livres pour enfants, en émettant l’hypothèse que cela “contribuerait à qualifier le manque de présence des minorités ethniques“.

Mais les éditeurs ont déclaré que 38% de leurs livres présentaient des animaux ou des objets inanimés comme personnages principaux, ce qui signifie que les enfants ont presque huit fois plus de chances de rencontrer un personnage principal animal qu’un personnage principal humain qui n’est pas blanc. D’après les auteurs du rapport, cette fixation sur les animaux, “détourne l’attention, les énergies et les efforts des parties prenantes de la résolution du problème réel“.

Étant donné que la présence de minorités ethniques représente une si petite proportion de ces races humaines, ces chiffres autodéclarés illustrent encore plus la façon dont la sous-représentation peut avoir un impact sur l’identité et les perspectives des lecteurs“, indique le rapport.

Un deuxième rapport sur la diversité, rédigé par l’association caritative BookTrust, spécialisée dans la lecture pour enfants, a constaté une légère augmentation du nombre de personnes de couleur travaillant comme auteurs et illustrateurs au Royaume-Uni au cours des deux dernières années.

En 2019, un peu moins de 9 % des auteurs et illustrateurs pour d’ouvrages pour enfants étaient des personnes de couleur, créant 7 % des titres. En 2017, 6 % des auteurs et illustrateurs étaient des personnes de couleur, soit 4 % des titres. […]

Nous avançons dans la bonne direction, mais il faut beaucoup de temps pour que ces choses changent, et il faut que tout le monde y travaille“, a déclaré Jill Coleman, directrice de collection des livres pour enfants chez BookTrust.

Après le premier rapport, les gens ont été choqués de voir à quel point les choses allaient mal, noir sur blanc – il est impossible de ne pas tenir compte des chiffres. Je pense qu’il y a eu un grand changement d’attitude, dû à toutes sortes de choses qui se sont passées depuis la publication du dernier rapport, notamment Black Lives Matter, qui a eu un réel impact sur les éditeurs. Les éditeurs ont donc une attitude différente maintenant, ils sont beaucoup plus intéressés par le changement et sont conscients que la situation n’est pas bonne“.

BookTrust met le secteur de l’édition au défi de faire passer le nombre de créateurs de couleur au Royaume-Uni à 13 % d’ici 2022, date à laquelle il publiera son prochain rapport.

Sarah Crown, directrice de la littérature au Arts Council England, qui a financé le rapport du CLPE, a déclaré que des enquêtes régulières avaient été “cruciales pour aider à remédier aux déséquilibres historiques et au manque d’opportunités“.

Bien qu’il soit encourageant de constater une amélioration constante au cours des trois dernières années, il reste encore beaucoup à faire pour que tous les enfants puissent se voir dans les livres qu’ils lisent et que l’industrie de l’édition pour enfants reflète la diversité de la Grande-Bretagne du XXIe siècle“, a-t-elle déclaré.

The Guardian