Saint-Genis-de-Saintonge (17) : Mobilisation contre l’expulsion d’un garagiste éthiopien

Forte mobilisation lundi 10 mai contre la menace d’expulsion d’un quadragénaire éthiopien et de ses deux fils, habitant la commune depuis trois ans

Une centaine de personnes se sont mobilisées lundi matin à Saint-Genis-de-Saintonge pour exprimer leur soutien à Wondwosen Gettu, un Éthiopien de 45 ans menacé d’expulsion avec ses deux fils de 8 et 10 ans.

Le rendez-vous était donné à 8 heures devant l’église. L’appel émanait du comité de soutien appuyé par l’association des parents d’élèves (APE) du Regroupement pédagogique intercommunal Saint-Genis/Plassac. De nombreux parents étaient notamment présents, accompagnés de leurs enfants, camarades de classe des deux fils de Wondwosen Gettu : Tamsgen âgé de 10 ans et Yabsera âgé de 8 ans. Les deux frères sont scolarisés à l’école depuis 2018 […].

Expulsion pour “manque de preuves de danger en Ethiopie”

Depuis 2018, trois demandes de régularisation ont été faites pour la famille Gettu. Toutes ont été refusées pour le motif « d’un manque de preuves de danger en Ethiopie ». Une demande d’asile a par ailleurs été déposée le 7 avril auprès du préfet de Charente-Maritime. Aucune réponse n’a été encore été apportée pour l’instant. Enfin, ultime recours : le tribunal administratif de Poitiers a été saisi. Sa décision sera connue ce mercredi 12 mai.

D’Addis-Abeba à Saint-Genis-de-Saintonge

Propriétaire, avec son épouse, d’un garage multi-services à Addis-Abeba, la famille Gettu, a dû se résoudre à quitter son pays en 2014. Le couple est parti d’Éthiopie « pour fuir les pressions faites aux minorités dont ils font partis et protéger leurs enfants ». Après avoir vendu tous leurs biens pour pouvoir payer les billets d’avion et les visas, Wondwosen Gettu et ses deux enfants ont pu partir vers l’Europe, en Allemagne puis en Suisse, avant d’arriver en France, à Saint-Genis-de-Saintonge. Sa femme n’a pas pu poursuivre le voyage. Elle est actuellement en Arabie saoudite où elle travaille comme serveur en attendant de pouvoir les rejoindre dès que la situation de son mari sera régularisée…

Sud Ouest