Sainte Barbe : « La jeune femme barbare »

Dans la mine Konrad en Allemagne, le feu souterrain

Le culte de sainte Barbe, dont la fête est le 4 décembre, se popularise à partir du XIIIe siècle en Occident. Cette sainte orientale est particulièrement honorée en Normandie et en Bretagne. Barbe ou Barbara ou Barbare (en grec et en latin) est une sainte fêtée le 4 décembre par les orthodoxes et les catholiques sous le nom de sainte Barbe. Barbe aurait vécu au milieu du IIIe siècle en Bithynie (au nord-ouest de l’Anatolie) sous le règne de l’empereur Maximien. Son père, Dioscore, aurait été un riche édile païen d’origine phénicienne.

Selon la légende, son père décide de la marier à un homme de son choix ; elle refuse et décide de se consacrer au Christ. Pour la punir, son père l’enferme dans une tour à deux fenêtres. Mais un prêtre chrétien, déguisé en médecin, s’introduit dans la tour et la baptise. Au retour d’un voyage de son père, Barbe lui apprend qu’elle a percé une troisième fenêtre dans le mur de la tour pour représenter la Sainte Trinité et qu’elle est chrétienne. Furieux, le père met le feu à la tour.

Barbe réussit à s’enfuir mais un berger découvre sa cachette et avertit son père.Ce dernier la traîne devant le gouverneur romain de la province, qui la condamne au supplice. Comme la jeune fille refuse d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonne au père de trancher lui-même la tête de sa fille. Elle est d’abord torturée : on lui brûle certaines parties du corps et on lui arrache les seins. Mais elle refuse toujours d’abjurer sa foi.

Dioscore la décapite mais est aussitôt châtié par le Ciel : il meurt frappé par la foudre. Quant au berger qui l’a dénoncée, il est changé en pierre et ses moutons en sauterelles. Quand les chrétiens viennent demander le corps de la jeune martyre, ne voulant ni utiliser son prénom païen ni se dévoiler en utilisant son prénom de baptême chrétien, ils ne peuvent en parler que comme « la jeune femme barbare », d’où le nom de sainte Barbara qui lui est donné.

Les empereurs byzantins vénéraient particulièrement ses reliques qu’ils firent transférer au VIe siècle à Constantinople. Une partie fut emmenée en Italie par les Vénitiens, et une autre au XIe siècle par la fille d’Alexis Comnène à Kiev, où elles se trouvent toujours à la cathédrale Saint-Vladimir de Kiev.

Sainte Barbe est généralement représentée en jeune fille, avec la palme de martyre, elle peut porter une couronne, un livre. Une tour à trois fenêtres (en référence à son adoration de la Trinité), un éclair constituent également d’autres de ses attributs. Elle peut également porter une plume de paon, symbole d’éternité, ou fouler à ses pieds son père qui est aussi son persécuteur.

D’aucuns peuvent demander les prières de sainte Barbe pour être protégés de la foudre, mais elle est aussi la patronne, le modèle et la protectrice des architectes, des géologues, des géomètres, des mathématiciens, des sapeur-pompiers, des mineurs (et par extension actuellement, des ingénieurs des Mines), des artilleurs, des sapeurs, des canonniers, des artificiers, des salpêtriers, des chimistes, des ingénieurs de combat, des métallurgistes, des démineurs et autres corporations liées au feu, les pétroliers militaires, les foreurs et les personnels de l’industrie des turbines à gaz, les carillonneurs, les égoutiers.

Sainte Barbe est aussi la patronne de l’École polytechnique et des écoles des Mines. Dans les Forces armées canadiennes, sainte Barbe, sous le nom de Santa Barbara, est la patronne du génie militaire et de l’artillerie. Pie XII la déclare patronne de la marine italienne de combat par un bref du 4 décembre 1951.En particulier, le fort patronage que lui vouaient les mineurs de fond s’est progressivement transmis aux ouvriers et ingénieurs des travaux souterrains (tunnels, cavernes, etc.) avec la disparition progressive de l’industrie minière occidentale.

De nos jours, une sainte Barbe trône toujours à l’entrée des tunnels en construction pour protéger les ouvriers-mineurs des accidents de chantier. Sainte Barbe est honorée par les mineurs de fer et les mineurs de charbon mais aussi les sapeurs-pompiers. Une messe solennelle est célébrée. La statue de la sainte est portée en procession dans les villages.