Sankuru (Congo-Kinshasa): environ 465 cas de variole du singe enregistrés en 5 mois

(Image d’illustration)
Chimpanzé (grand singe) en captivité dans l’enclos de l’Institut Jane Goodall à Goma. 2006.

Neuf décès ont été enregistrés, depuis janvier dernier, sur environ 465 cas de Monkeypox, au Sankuru. Le chef de division provinciale de la santé au Sankuru, Dr Aimé Alengo, a indiqué que 119 cas de Monkeypox étaient, depuis une semaine, pris en charge dans les hôpitaux de cinq zones de santé touchées par cette épidémie. 

Dr Aimé Alengo attribue la persistance de cette maladie à la consommation des cadavres des singes et des rongeurs. 

Il a ainsi invité à tous ceux qui présentent des symptômes tels que la fièvre, les ganglions, les irruptions cutanées au niveau des visages à se présenter à un centre de santé et à s’isoler pour prévenir les membres de la communauté. 

Il a précisé que quatre zones de santé constituaient l’épicentre de Monkeypox, à savoir : Bena Dible, Kole, Thudi Loto-Lomela et Katakokombe. 

« Les zones de santé citées sont celles où la chasse est l’activité principale. Les habitants entrent dans la forêt, ramassent les cadavres des singes, des chauves-souris, des rongeurs. Ces cadavres sont des réservoirs de Monkeypox », a expliqué le médecin. 

Autrement appelée « variole du singe », l’épidémie de Monkeypox est principalement présente en Afrique du Centre et de l’Ouest. 

Radio Okapi

Illustration: variole du singe