Se préparer à la Zone Grise

Gray Zone Dispatch

ALLONS DIRECTEMENT À L’ESSENTIEL : L’organisation communautaire est un élément crucial de la préparation. La constitution d’équipes et de tribus signifie l’acquisition de compétences, de ressources, de main-d’œuvre, d’accès et d’information supplémentaires. Le courriel d’aujourd’hui porte sur la façon dont je construis ce réseau. Je vais aussi discuter de ces concepts plus en détail sur “Out Front avec Mike Shelby” aujourd’hui à 14 h, au Centre, à l’adresse https://youtube.com/outfrontwithmikeshelby

L’expansion de mon réseau local de préparation et d’information est une priorité presque tous les jours. Je pense que c’est important, surtout si l’on considère que nous héritons d’une future “Zone Grise” en temps réel. Un rapide survol des nouvelles montre comment les choses pourraient mal aller pour la nourriture et le carburant, en particulier. (Et nous couvrons les grandes tendances et les avertissements dans notre briefing de renseignement mondial quotidien à Forward Observer.)

Quand je pense à mes besoins futurs, je pense non seulement à la « matière » – l’eau, l’abri, la nourriture et l’équipement approprié à la mission – mais aussi aux gens dont j’aurai besoin.

L’une des meilleures façons de renforcer la résilience est d’élargir nos réseaux avec des gens qui ont des compétences, des connaissances, des ressources et un accès.

Votre travail consiste à trouver des personnes aux vues similaires qui veulent faire partie d’une plus grande communauté locale. Je vais discuter de la façon de les trouver dans mon prochain courriel. Pour l’instant, voici trois avantages à élargir votre réseau.

J’ai encore des trous noirs de compétences; la radio amateur en fait partie. Même après avoir su que j’avais besoin de compétences en radio amateur, je ne peux toujours pas vous dire la différence entre un ohm et un jiggawatt. Mais j’ai ajouté à mon réseau des gens qui connaissent ces choses.

Deuxièmement, il y a des choses importantes et des exigences opérationnelles que je n’ai pas. Mais j’ai des gens pour cela.

L’une de mes principales priorités à l’heure actuelle est de rencontrer des gens qui ont des connaissances en agriculture et de petites fermes, des ranchs ou des terres qui peuvent être transformés en petites fermes. Et puis il y a les gens “d’argent”. Il y a les gens “bricoleurs”. Il y a les gens médicaux. Il y a les gens politiques.

J’essaie toujours d’élargir ce côté du réseau parce que le pouvoir politique, social et économique comptera encore plus à l’avenir. Plus nous construisons de puissance douce aujourd’hui, plus nous devons nous adapter demain quand nous en aurons besoin.

Troisièmement, une vérité fondamentale du réseautage est que chaque personne possède son propre réseau. Oui, j’apprécie les gens pour leurs contributions individuelles et leur volonté de faire partie d’un réseau de personnes aux vues similaires. Le réseau existe pour s’aider les uns les autres. C’est un concept assez simple et aussi attrayant.

J’apprécie aussi les gens pour leurs propres liens. Nous appelons cela « l’accès ». Par exemple, je ne connais pas personnellement le maire, et je n’ai pas accès à lui. Mais je connais des gens qui connaissent le maire et qui ont accès à lui. Dans certains cas, c’est aussi bien que de connaître le maire ou [insérer une personne/fonction ici]. Considérez cela comme « un plus » du partage de l’information.

Ces gens sont des nœuds dans mon réseau — ceux qui me présenteront volontiers qui je veux rencontrer.

Nous pouvons utiliser ces nœuds pour recruter, influencer ou exercer une pression politique, sociale ou économique. Mais le hic, c’est que vous ne pouvez exercer ce pouvoir que si vous l’avez déjà construit.

Dans mon prochain courriel, je parlerai de certaines tactiques que vous pouvez utiliser pour trouver des personnes aux vues similaires là où vous vivez et continuer à élargir votre réseau.

Jusqu’à la prochaine, portez-vous bien et restez devant.

En pointe toujours,

Mike Shelby
(par e-mail)