Selon SPR (Swiss Policy Research), plusieurs études scientifiques montrent qu’une majorité de gens disposent d’une immunité préexistante au Covid-19

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com

Temps de lecture : 4 minutes

On comprend pourquoi les choses s’accélèrent et pourquoi la propagande est de plus en plus agressive, violente, et totalement incohérente : le vaccin qui a coûté des milliards d’investissement chez nos oligarques, est devenu parfaitement inutile. Il faut donc continuer de verrouiller l’information et de terroriser les masses, si l’on veut que le retour sur investissement ne se dirige pas très rapidement vers le néant….

Tout est fait pour faire oublier aux masses, qu’elles possèdent le plus merveilleux outil pour lutter contre les maladies, que ce soit celle ci (qui n’est ni la grippe espagnole, ni la peste), ou toutes les autres : LEUR IMMUNITE !!

Un joyau possédé par tout le monde (en particulier sous nos climats où l’hygiène et les progrès du confort de vie, sont particulièrement développés), et qui permet aux individus de résister et de guérir, chacun a bien ici eu une maladie contagieuse, dont il s’est sorti sans y laisser sa peau, comme c’est le cas de l’humanité, qui aurait du disparaitre si ce formidable système ne lui avait pas permis de faire face à tout ce qu’elle a du rencontrer, au fil des siècles.

L’immunité est un bouclier, notre corps (contrairement à nos gouvernants) travaille pour nous, et s’attache à combattre et terrasser tout ce qui pourrait nous faire du mal), nos modes de vie décadents l’abîment, mais il est fait d’airain, il suffit juste de lui mettre quelques coups de polish pour l’entretenir !

Booster votre immunité :

  • évitez le stress et la peur (ceux qu’on vous distille tous les jours à gros bouillon, et qui détruit au moins 40% de vos capacités de réponse immunitaire),
  • évitez le masque, ce bouillon de culture qui non content de vous couper des autres et de vous soumettre, vous remplit au fur et à mesure que vous le portez, de tous les microbes et bactéries que vous ne pouvez plus expectorer à cause de lui. En s’amoncelant dans votre bouche, où ils restent ainsi prisonniers, ils n’ont plus d’autres alternatives que d’infecter votre organisme en s’incrustant à l’intérieur,
  • Supplémentez vous en oligo éléments, vitamine c (naturelle pas des cachetons coûtant une fortune), en zinc et surtout en vitamine D (cette vitamine D essentielle qu’on trouve en étant à l’air et au soleil, sur les plages par exemple, celles qu’on vous a interdit de fréquenter et qui aujourd’hui commencent à nouveau à se refermer au moment où il serait tellement loisible d’en profiter pour synthétiser cette essentielle vitamine…
  • Respirez de l’oxygène à plein poumons dans des forêts loin des centres urbains,
  • Nourrissez vous correctement : arrêtez la malbouffe industrielle, fabriquez vos repas, choisissez des fruits et des légumes les moins traités possible, évitez tout ce qui est industriel et transformé.
  • Ne vous éloignez pas des autres, contrairement à ce qu’on vous encourage à faire : c’est ainsi que l’on développe son système immunitaire, et c’est surtout comme ça qu’on reste un être humain !!

Vous n’êtes pas mort jusqu’ici, et avez affronté des dizaines de maladies, celle là n’a rien d’exceptionnel, et ne tue (comme la majorité des virus) que les personnes à l’immunité extrêmement déprimée (cancéreux, diabétiques, cardiaques, personnes âgées ou bourrées de médicaments), si c’est votre cas, vous êtes en effet à risque, raison de plus pour faire attention à vous.

Selon Swiss Policy Research, plusieurs études scientifiques montrent qu’une majorité de gens disposent d’une immunité préexistante contre le nouveau coronavirus. Celle-ci aurait été obtenue par immunité croisée avec d’autres coronavirus antérieurs (virus du rhume). Les enfants et adolescents auraient été en grande majorité déjà immunisés par contact avec de précédents coronavirus. L’immunité cellulaire impliquant les Lymphocytes T seraient responsables de cette immunité à long terme qui n’impliquerait pas forcément l’immunité par anticorps :
 

Au début de la pandémie de Covid-19, on a supposé qu’aucune immunité contre le nouveau coronavirus n’existait dans la population. C’était l’une des principales raisons de la stratégie initiale consistant à “aplatir la courbe” en introduisant des ordonnances de maintien à domicile.

Mais à partir de mars et avril, les premières études ont montré qu’une partie considérable de la population avait déjà une certaine immunité contre le nouveau virus, acquise par contact avec des coronavirus antérieurs (virus du rhume).

D’autres études importantes sur ce sujet ont été publiées en juillet :

  •  Une nouvelle étude allemande a conclu que jusqu’à 81 % des personnes qui n’ont pas encore été en contact avec le nouveau coronavirus ont déjà des cellules T à réaction croisée et donc une certaine immunité de fond. Cela confirme des études antérieures sur l’immunité des cellules T.
     
  • En outre, une étude britannique a révélé que jusqu’à 60 % des enfants et des adolescents et environ 6 % des adultes ont déjà des anticorps à réaction croisée contre le nouveau coronavirus, qui ont été créés par contact avec des coronavirus antérieurs. C’est probablement un autre aspect important pour expliquer le très faible taux de maladie chez les enfants et les adolescents.
     
  • Dans le cas de Singapour, une étude publiée dans la revue scientifique Nature a conclu que les personnes qui ont contracté le SRAS-1 en 2002/2003 avaient encore des cellules T qui réagissaient contre le nouveau coronavirus SRAS-2 17 ans plus tard. En outre, les chercheurs ont trouvé des cellules T à réaction croisée, produites par contact avec d’autres coronavirus partiellement inconnus, chez environ la moitié des personnes qui n’avaient contracté ni le SRAS-1 ni le SRAS-2. Les chercheurs pensent que la distribution différente de ces coronavirus et des cellules T peut contribuer à expliquer pourquoi certains pays sont moins touchés que d’autres par le nouveau coronavirus, quelles que soient les mesures politiques et médicales prises.
     
  • Les analystes ont déjà souligné que de nombreux pays du Pacifique, et notamment les pays voisins de la Chine, ont jusqu’à présent un taux de mortalité par Covid très faible, indépendamment de leur structure démographique (jeunes ou vieux) et des mesures prises (avec ou sans mesures de confinement, tests de masse, masques, etc.). Une explication possible de cette situation pourrait être la propagation des coronavirus antérieurs.
     
  • Michael Mina, immunologiste à Harvard, a expliqué que la “baisse de la concentration d’anticorps” après la maladie au Covid, dramatisée par certains médias, était “parfaitement normale” et “exemplaire”. L’organisme assure une immunité à long terme grâce aux cellules T et aux cellules mémoires de la moelle osseuse, qui peuvent produire rapidement de nouveaux anticorps en cas de besoin.